"Les faits remontent à 2012", a précisé une porte-parole du parquet. "L'enquête a débuté en 2016, après une plainte auprès du juge d'instruction. Il y a deux suspects. Depuis le début de l'enquête, 94 victimes ont été identifiées. Elles ont été dupées pour un montant total de 7,6 millions d'euros. Les faits se sont produits en plusieurs endroits de l'arrondissement de Hal-Vilvorde."

L'un des suspects est l'ancien directeur de la brasserie d'Affligem, que celui-ci a vendue au groupe néerlandais Heineken. Il prétendait devoir racheter la brasserie pour pouvoir hériter, notamment de propriétés immobilières au Canada, d'un cousin. Il a ainsi convaincu des connaissances et membres ecclésiastiques des abbayes d'Affligem et Grimbergen d'investir, avec la promesse d'un retour rapide d'au moins 5%. Mais ceux-ci n'ont jamais revu leur argent.

Le deuxième suspect est un homme qui a déjà été condamné pour une arnaque sur du vin et des antiquités. On ignore encore où sont partis les millions d'euros subtilisés.

"Les faits remontent à 2012", a précisé une porte-parole du parquet. "L'enquête a débuté en 2016, après une plainte auprès du juge d'instruction. Il y a deux suspects. Depuis le début de l'enquête, 94 victimes ont été identifiées. Elles ont été dupées pour un montant total de 7,6 millions d'euros. Les faits se sont produits en plusieurs endroits de l'arrondissement de Hal-Vilvorde." L'un des suspects est l'ancien directeur de la brasserie d'Affligem, que celui-ci a vendue au groupe néerlandais Heineken. Il prétendait devoir racheter la brasserie pour pouvoir hériter, notamment de propriétés immobilières au Canada, d'un cousin. Il a ainsi convaincu des connaissances et membres ecclésiastiques des abbayes d'Affligem et Grimbergen d'investir, avec la promesse d'un retour rapide d'au moins 5%. Mais ceux-ci n'ont jamais revu leur argent. Le deuxième suspect est un homme qui a déjà été condamné pour une arnaque sur du vin et des antiquités. On ignore encore où sont partis les millions d'euros subtilisés.