Le gouvernement fédéral avait décrété vendredi cette journée de deuil national afin de rendre hommage aux victimes des inondations meurtrières de mercredi et jeudi derniers. À 12h00 précises, les sirènes des services de secours et d'intervention sonneront, un moment suivi d'une minute de silence. Les drapeaux seront mis en berne.

La journée de mardi sera "un moment pour se recueillir sur le lourd bilan humain mais aussi pour saluer les élans de solidarité et le sentiment d'union dans la population", avait déclaré Alexander De Croo. Il avait alors également mis en avant la possibilité que le bilan définitif des inondations soit le plus catastrophique jamais connu en Belgique. Celui-ci est pour l'instant de 31 morts et de 70 personnes encore portées disparues. D'après Daniel Bacquelaine, bourgmestre de Chaudfontaine, il y aurait même 36 victimes à déplorer.

Une cérémonie officielle sera organisée à Verviers, dès 11h00, à la caserne de sapeurs-pompiers de la zone de secours Vesdre-Hoëgne & Plateau à Verviers. Une ville très fortement touchée par une Vesdre déchaînée où, comme dans d'autres localités d'ailleurs, de nombreuses maisons ont été détruites et où des gens ont tout perdu.

Le roi Philippe, le Premier ministre Alexander De Croo et le ministre-président wallon Elio Di Rupo, entre autres, seront présents, de même qu'Annelies Verlinden, ministre de l'Intérieur, Pierre-Yves Jeholet, ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Hervé Jamar, gouverneur de la province de Liège et plusieurs bourgmestres des localités touchées. Ils s'entretiendront avec des victimes. Mais aussi avec des délégations de pompiers, des ambulanciers, de la Protection civile et de la police et des bourgmestres.

Toute la population est en outre appelée, si elle le souhaite, à respecter une minute de silence, de 12h01 à 12h02, par solidarité avec les victimes des inondations et leurs proches.

Différentes organisations ont déjà indiqué qu'elles feront un geste symbolique mardi pour témoigner de leur soutien aux personnes touchées. La Foire du Midi arrêtera par exemple la musique et les attractions durant cinq minutes à partir de 19h00, tandis que la Ville de Bruxelles a décidé d'annuler les festivités du bal national prévues ce 20 juillet, à la veille de la Fête nationale. Le concert Prélude à celle-ci au Palais des Beaux-Arts n'aura pas lieu non plus, a annoncé le Palais royal mardi.

Les véhicules de la Stib seront, eux, à l'arrêt, durant la minute de silence officielle à 12h01. La SNCB appelle, elle, tous ses voyageurs et collaborateurs à observer une minute de silence à midi. Le trafic ferroviaire ne sera toutefois pas interrompu.

La minute de silence sera même respectée jusque Tokyo puisque les athlètes de l'équipe belge se trouvant au village olympique l'observeront également, à 9 heures, heure locale. Tous les Belges présents dans le village ont été invités par le Comité Olympique et Interfédéral Belge (COIB).

Le réseau des zones de secours wallonnes salue la coopération nationale et internationale

Alors que les interventions de pompage, de déblaiement et de nettoyage sont toujours en cours après les inondations au sud du pays, le réseau des zones de secours wallonnes (ReZonWal) salue lundi soir l'appui de zones de secours, tant wallonnes que flamandes, dans les régions les plus sinistrées, de même le renfort de près de 300 agents dépêchés par les pays voisins. L'association plaide avec insistance pour une "sécurité civile forte" pour répondre aux détresses humaines vouées à évoluer.

"Grâce à une collaboration nationale mais également internationale, les intempéries ont pu être prises en main et gérées collectivement selon les moyens disponibles", fait part le réseau qui remercie et salue "le courage des pompiers des Zones de secours Wallonnes". "La coopération sur le terrain entre les zones flamandes, le SIAMU et les zones wallonnes a démontré la grande solidarité des pompiers", note encore le ReZonWal, ajoutant que les zones ont reçu l'appui d'agents provenant de la Protection Civile ainsi que de la Défense.

Depuis les pays voisins, les provinces de Liège, Namur et Luxembourg ont bénéficié de l'assistance de 6 agents venus du Luxembourg, 100 de l'Autriche, 80 des Pays-Bas, 70 de la France et 28 de l'Italie, décompte l'association.

Le réseau met en outre en garde qu'il serait catastrophique "de ne pas anticiper" les catastrophes suivantes, "de ne pas oser adapter les systèmes de gestion de crise, de planification, de collaboration".

"Triste est de constater que les détresses humaines évoluent continuellement, tant au niveau de leur fréquence que de leur intensité. C'est pourquoi il est très important pour les services de secours de toujours adapter et améliorer leurs moyens, leurs organisations et leurs structures", pointe le réseau. ReZonWal plaide en ce sens pour une "sécurité civile forte", insiste le communiqué, avec une collaboration "soudée" entre les services de secours existants.

Le gouvernement fédéral avait décrété vendredi cette journée de deuil national afin de rendre hommage aux victimes des inondations meurtrières de mercredi et jeudi derniers. À 12h00 précises, les sirènes des services de secours et d'intervention sonneront, un moment suivi d'une minute de silence. Les drapeaux seront mis en berne. La journée de mardi sera "un moment pour se recueillir sur le lourd bilan humain mais aussi pour saluer les élans de solidarité et le sentiment d'union dans la population", avait déclaré Alexander De Croo. Il avait alors également mis en avant la possibilité que le bilan définitif des inondations soit le plus catastrophique jamais connu en Belgique. Celui-ci est pour l'instant de 31 morts et de 70 personnes encore portées disparues. D'après Daniel Bacquelaine, bourgmestre de Chaudfontaine, il y aurait même 36 victimes à déplorer.Une cérémonie officielle sera organisée à Verviers, dès 11h00, à la caserne de sapeurs-pompiers de la zone de secours Vesdre-Hoëgne & Plateau à Verviers. Une ville très fortement touchée par une Vesdre déchaînée où, comme dans d'autres localités d'ailleurs, de nombreuses maisons ont été détruites et où des gens ont tout perdu. Le roi Philippe, le Premier ministre Alexander De Croo et le ministre-président wallon Elio Di Rupo, entre autres, seront présents, de même qu'Annelies Verlinden, ministre de l'Intérieur, Pierre-Yves Jeholet, ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Hervé Jamar, gouverneur de la province de Liège et plusieurs bourgmestres des localités touchées. Ils s'entretiendront avec des victimes. Mais aussi avec des délégations de pompiers, des ambulanciers, de la Protection civile et de la police et des bourgmestres. Toute la population est en outre appelée, si elle le souhaite, à respecter une minute de silence, de 12h01 à 12h02, par solidarité avec les victimes des inondations et leurs proches. Différentes organisations ont déjà indiqué qu'elles feront un geste symbolique mardi pour témoigner de leur soutien aux personnes touchées. La Foire du Midi arrêtera par exemple la musique et les attractions durant cinq minutes à partir de 19h00, tandis que la Ville de Bruxelles a décidé d'annuler les festivités du bal national prévues ce 20 juillet, à la veille de la Fête nationale. Le concert Prélude à celle-ci au Palais des Beaux-Arts n'aura pas lieu non plus, a annoncé le Palais royal mardi. Les véhicules de la Stib seront, eux, à l'arrêt, durant la minute de silence officielle à 12h01. La SNCB appelle, elle, tous ses voyageurs et collaborateurs à observer une minute de silence à midi. Le trafic ferroviaire ne sera toutefois pas interrompu.La minute de silence sera même respectée jusque Tokyo puisque les athlètes de l'équipe belge se trouvant au village olympique l'observeront également, à 9 heures, heure locale. Tous les Belges présents dans le village ont été invités par le Comité Olympique et Interfédéral Belge (COIB).