Deux communes sur cinq (43%) présentent des signes de polarisation, contre une sur cinq en 2016, tandis que plus de la moitié des entités font état de radicalisation. Le nombre de combattants candidats pour la Syrie a diminué. Il s'agit actuellement d'autres formes d'extrémisme comme la violence homophobe par exemple.

Dans une commune sur cinq, des signes d'extrême-droite ont été rapportés: glorification d'actes extrêmes, port de croix gammée, possession d'armes, rejet de l'Islam, etc. Sur les 151 sondés, la réponse provenait pour un tiers du bourgmestre de l'entité.

Deux communes sur cinq (43%) présentent des signes de polarisation, contre une sur cinq en 2016, tandis que plus de la moitié des entités font état de radicalisation. Le nombre de combattants candidats pour la Syrie a diminué. Il s'agit actuellement d'autres formes d'extrémisme comme la violence homophobe par exemple. Dans une commune sur cinq, des signes d'extrême-droite ont été rapportés: glorification d'actes extrêmes, port de croix gammée, possession d'armes, rejet de l'Islam, etc. Sur les 151 sondés, la réponse provenait pour un tiers du bourgmestre de l'entité.