Le premier certificat, intitulé "Islam et vivre-ensemble", présentera 12 cours recouvrant des matières touchant à la géopolitique, aux institutions européennes et aux discours religieux sur internet. "Religions et sociétés" est le nom du second certificat regroupant 11 matières qui toucheront davantage aux sciences humaines via notamment des cours de psychologie sociale, d'histoire religieuse de l'Europe et de citoyenneté. L'Académie de recherche et d'enseignement supérieur (Ares), instance agréant tous les programmes de formation universitaire en Belgique francophone, a déjà validé ces deux attestations en mai 2019.

Les deux modules porteront chacun sur un total de 20 crédits dispensés sur un an. La formation théologique sera donnée à l'Académie de formation et de recherches en études islamiques (Afor) créée par l'Exécutif des musulmans (EMB). L'enseignement à l'Afor pourra s'effectuer en parallèle de celles disponibles à la KUL et l'UCL pour une durée minimale de quatre ans (et non six comme annoncé par la presse flamande).

Le président de l'Afor Salah Echallaoui se dit satisfait de voir aboutir ce dossier lancé en 2016 : "Cela s'inscrit dans notre volonté de mettre en oeuvre un islam de Belgique. Notre souhait est de ne plus faire appel à des imams de l'étranger. Et si nous devons encore le faire à l'avenir, nous pourrons exiger une équivalence de diplôme voire une formation complémentaire."

"C'est un peu un rêve qui devient réalité", se réjouit l'imam Franck Hensch. Dans une interview accordée à L'Avenir, le verviétois raconte : "J'ai vu beaucoup de jeunes intéressés par le cursus mais qui avaient peur [...] d'avoir un diplôme qui ne soit pas reconnu en Belgique. Ici, le côté universitaire du cursus est d'autant plus important qu'il répond à toutes les exigences de nos universités". Le dirigeant musulman voit la collaboration de l'EMB avec le gouvernement fédéral comme une "très bonne nouvelle" et une "forme de reconnaissance de la communauté musulmane d'aujourd'hui".

Le premier certificat, intitulé "Islam et vivre-ensemble", présentera 12 cours recouvrant des matières touchant à la géopolitique, aux institutions européennes et aux discours religieux sur internet. "Religions et sociétés" est le nom du second certificat regroupant 11 matières qui toucheront davantage aux sciences humaines via notamment des cours de psychologie sociale, d'histoire religieuse de l'Europe et de citoyenneté. L'Académie de recherche et d'enseignement supérieur (Ares), instance agréant tous les programmes de formation universitaire en Belgique francophone, a déjà validé ces deux attestations en mai 2019. Les deux modules porteront chacun sur un total de 20 crédits dispensés sur un an. La formation théologique sera donnée à l'Académie de formation et de recherches en études islamiques (Afor) créée par l'Exécutif des musulmans (EMB). L'enseignement à l'Afor pourra s'effectuer en parallèle de celles disponibles à la KUL et l'UCL pour une durée minimale de quatre ans (et non six comme annoncé par la presse flamande). Le président de l'Afor Salah Echallaoui se dit satisfait de voir aboutir ce dossier lancé en 2016 : "Cela s'inscrit dans notre volonté de mettre en oeuvre un islam de Belgique. Notre souhait est de ne plus faire appel à des imams de l'étranger. Et si nous devons encore le faire à l'avenir, nous pourrons exiger une équivalence de diplôme voire une formation complémentaire." "C'est un peu un rêve qui devient réalité", se réjouit l'imam Franck Hensch. Dans une interview accordée à L'Avenir, le verviétois raconte : "J'ai vu beaucoup de jeunes intéressés par le cursus mais qui avaient peur [...] d'avoir un diplôme qui ne soit pas reconnu en Belgique. Ici, le côté universitaire du cursus est d'autant plus important qu'il répond à toutes les exigences de nos universités". Le dirigeant musulman voit la collaboration de l'EMB avec le gouvernement fédéral comme une "très bonne nouvelle" et une "forme de reconnaissance de la communauté musulmane d'aujourd'hui".