"Nous sommes en plein recrutement. Les écoles de police sont remplies. Nous avons engagé 1.600 policiers l'an passé et 1.400 cette année et les suivantes", affirme la porte-parole du ministre.

Le Comité P a relevé dans son rapport que, avant la réforme de la police en 2001, jusqu'à 80 pelotons de 40 policiers pouvaient être mobilisés. Désormais, la capacité théorique de mobilisation est tombée à 54 pelotons, mais la mobilisation maximale réelle se limite à environ 30 à 40 pelotons. Le Comité P se demande dès lors combien de temps la police peut faire face à plusieurs événements imprévus, graves et simultanés, et à partir de quand ne serait-il plus possible pour elle d'intervenir en cas de péril supplémentaire.

"Des policiers sont sortis de l'école en juin dernier et sont justement destinés à intégrer ces pelotons. Le Comité P peut dire qu'il s'inquiète mais nous sommes en train de combler les manquements", a rétorqué la porte-parole de Jan Jambon.

"Nous sommes en plein recrutement. Les écoles de police sont remplies. Nous avons engagé 1.600 policiers l'an passé et 1.400 cette année et les suivantes", affirme la porte-parole du ministre. Le Comité P a relevé dans son rapport que, avant la réforme de la police en 2001, jusqu'à 80 pelotons de 40 policiers pouvaient être mobilisés. Désormais, la capacité théorique de mobilisation est tombée à 54 pelotons, mais la mobilisation maximale réelle se limite à environ 30 à 40 pelotons. Le Comité P se demande dès lors combien de temps la police peut faire face à plusieurs événements imprévus, graves et simultanés, et à partir de quand ne serait-il plus possible pour elle d'intervenir en cas de péril supplémentaire. "Des policiers sont sortis de l'école en juin dernier et sont justement destinés à intégrer ces pelotons. Le Comité P peut dire qu'il s'inquiète mais nous sommes en train de combler les manquements", a rétorqué la porte-parole de Jan Jambon.