La composition du train en question a été réduite à la suite d'un problème électrique au niveau d'une des automotrices, ce qui a engendré une sur-occupation du train, a expliqué lundi Thierry Ney, porte-parole de la SNCB.

Des voyageurs ont ensuite bloqué les portes du train, empêchant celui-ci de poursuivre sa route et le retardant d'une vingtaine de minutes. "Nous ne pouvons qu'être désolés de la situation dans laquelle ils voyageaient et nous comprenons leur mécontentement", souligne Thierry Ney, qui précise cependant que tout a été mis en oeuvre pour limiter l'inconfort et l'insécurité des navetteurs. "Une alternative a été trouvée et un autre train a fait un arrêt exceptionnel en gare de Rhode-Saint-Genèse", ajoute-t-il encore.

La composition du train en question a été réduite à la suite d'un problème électrique au niveau d'une des automotrices, ce qui a engendré une sur-occupation du train, a expliqué lundi Thierry Ney, porte-parole de la SNCB. Des voyageurs ont ensuite bloqué les portes du train, empêchant celui-ci de poursuivre sa route et le retardant d'une vingtaine de minutes. "Nous ne pouvons qu'être désolés de la situation dans laquelle ils voyageaient et nous comprenons leur mécontentement", souligne Thierry Ney, qui précise cependant que tout a été mis en oeuvre pour limiter l'inconfort et l'insécurité des navetteurs. "Une alternative a été trouvée et un autre train a fait un arrêt exceptionnel en gare de Rhode-Saint-Genèse", ajoute-t-il encore.