Selon Geert Molenberghs, 80.000 personnes ont rempli un formulaire "Passenger Locator Form" au cours de la deuxième semaine des vacances de Noël. Seuls 11% ont été testés et 3,7% d'entre eux étaient positifs au Covid-19.

"Si vous extrapolez ce pourcentage à l'ensemble des 80.000 voyageurs, on arrive à 3.000 infections. Mais il y a aussi de nombreux voyageurs qui n'ont pas rempli ce formulaire", commente le biostatisticien. Selon ses estimations, le nombre d'infectés peut donc atteindre les 5.000 personnes.

Les pourcentages d'infection varient selon les régions, avec notamment 13% d'infectés pour les pays d'Europe centrale et de l'Est. "La nature du voyage était également souvent différente: il ne s'agit pas de personnes qui restaient dans une maison de vacances, mais qui allaient rendre visite à des membres de la famille et qui avaient donc des contacts rapprochés", analyse Geert Molenberghs.

Les chiffres démontrent qu'il est crucial de respecter la période de quarantaine, souligne-t-il.

Selon Geert Molenberghs, 80.000 personnes ont rempli un formulaire "Passenger Locator Form" au cours de la deuxième semaine des vacances de Noël. Seuls 11% ont été testés et 3,7% d'entre eux étaient positifs au Covid-19. "Si vous extrapolez ce pourcentage à l'ensemble des 80.000 voyageurs, on arrive à 3.000 infections. Mais il y a aussi de nombreux voyageurs qui n'ont pas rempli ce formulaire", commente le biostatisticien. Selon ses estimations, le nombre d'infectés peut donc atteindre les 5.000 personnes. Les pourcentages d'infection varient selon les régions, avec notamment 13% d'infectés pour les pays d'Europe centrale et de l'Est. "La nature du voyage était également souvent différente: il ne s'agit pas de personnes qui restaient dans une maison de vacances, mais qui allaient rendre visite à des membres de la famille et qui avaient donc des contacts rapprochés", analyse Geert Molenberghs. Les chiffres démontrent qu'il est crucial de respecter la période de quarantaine, souligne-t-il.