D'ici à 2015, la côte devrait voir ses défenses naturelles renforcées par le rehaussement des digues et des bancs de sable, censés briser les vagues. Ce projet coûtera quelque 300 millions d'euros, précise le quotidien De Morgen. Ces nouveaux îlots, non visibles depuis la côte, ont donné des idées à plusieurs firmes de dragage, dont De Nul, Deme et Decloedt, qui proposent d'y construire des logements et des ports de plaisance, d'y développer des activités touristiques ou d'y créer des zones naturelles.

Exploiter l'énergie des vagues constitue une autre piste de réflexion. "Ces îles à double fonction constituent effectivement une option", confirme le cabinet de Hilde Crevits, la ministre flamande des travaux publics (CD&V). Dix projets sont à l'étude. En jeu : 6 000 hectares de terres nouvelles, quelques dizaines d'années de travail et 1 milliard d'euros.

L.V.R.

D'ici à 2015, la côte devrait voir ses défenses naturelles renforcées par le rehaussement des digues et des bancs de sable, censés briser les vagues. Ce projet coûtera quelque 300 millions d'euros, précise le quotidien De Morgen. Ces nouveaux îlots, non visibles depuis la côte, ont donné des idées à plusieurs firmes de dragage, dont De Nul, Deme et Decloedt, qui proposent d'y construire des logements et des ports de plaisance, d'y développer des activités touristiques ou d'y créer des zones naturelles. Exploiter l'énergie des vagues constitue une autre piste de réflexion. "Ces îles à double fonction constituent effectivement une option", confirme le cabinet de Hilde Crevits, la ministre flamande des travaux publics (CD&V). Dix projets sont à l'étude. En jeu : 6 000 hectares de terres nouvelles, quelques dizaines d'années de travail et 1 milliard d'euros.L.V.R.