Axel Haelterman (KUL), Michel Maus (VUB), Bruno Peeters (UA), Victor Dauginet et Luc Vanheeswijck font valoir, dans les deux quotidiens, que l'exonération accordée aux produits d'assurance-vie ne se justifie plus. L'Etat pourrait collecter un demi milliard d'euros en les soumettant au régime d'imposition normal des revenus mobiliers. La N-VA s'oppose à cette idée, qui "toucherait surtout le petit épargnant", selon le député Peter Dedecker.

"A côté de l'habitation propre et de l'épargne-pension, les produits d'assurance constituent une bonne manière pour le Flamand qui travaille dur ("de hardwerkende Vlaming") de préparer ses vieux jours. C'est un complément aux pensions publiques pour le moins modérées. Les pouvoirs publics ne doivent pas y toucher", réagit-il. La N-VA est prête à évoquer une taxation des revenus du capital, mais "à la condition expresse qu'on ne touche pas à la classe moyenne et au petit épargnant", ajoute M. Dedecker.

Axel Haelterman (KUL), Michel Maus (VUB), Bruno Peeters (UA), Victor Dauginet et Luc Vanheeswijck font valoir, dans les deux quotidiens, que l'exonération accordée aux produits d'assurance-vie ne se justifie plus. L'Etat pourrait collecter un demi milliard d'euros en les soumettant au régime d'imposition normal des revenus mobiliers. La N-VA s'oppose à cette idée, qui "toucherait surtout le petit épargnant", selon le député Peter Dedecker. "A côté de l'habitation propre et de l'épargne-pension, les produits d'assurance constituent une bonne manière pour le Flamand qui travaille dur ("de hardwerkende Vlaming") de préparer ses vieux jours. C'est un complément aux pensions publiques pour le moins modérées. Les pouvoirs publics ne doivent pas y toucher", réagit-il. La N-VA est prête à évoquer une taxation des revenus du capital, mais "à la condition expresse qu'on ne touche pas à la classe moyenne et au petit épargnant", ajoute M. Dedecker.