Parmi eux, des crânes de chefs locaux congolais insoumis, décapités " pour l'exemple " entre 1882 et 1885, et toujours " parfaitement identifiables ", selon le d...

Parmi eux, des crânes de chefs locaux congolais insoumis, décapités " pour l'exemple " entre 1882 et 1885, et toujours " parfaitement identifiables ", selon le député Georges Dallemagne (CDH), sont entreposés dans les réserves de l'Institut royal des sciences naturelles de Belgique. La directrice de cet établissement soutiendrait leur restitution à d'éventuels descendants. Problème : ces crânes demeurent la propriété légale de l'Etat belge. La secrétaire d'Etat en charge du dossier, Zuhal Demir (N-VA), a annoncé avoir mis sur pied un groupe de travail chargé d'organiser les conditions légales d'un éventuel rapatriement des pièces. Pour le député Benoit Hellings (Ecolo-Groen), " la réouverture du musée d'Afrique Centrale est l'occasion rêvée de rendre ces crânes aux familles concernées ". M. La.