Trois ans après avoir lancé un premier cri d'alarme concernant le manque de moyens accordés à la justice en Belgique, ils se sont à nouveau rassemblés pour alerter le monde politique.

Munis de pancartes "#balance ton ministre" ou "faute de moyens la justice devient l'injustice", avocats, magistrats, personnel de justice et collaborateurs des cours et tribunaux ont manifesté, mardi après-midi, leur mécontentement, devant le palais de justice de Bruxelles.

Les magistrats, soutenus par les barreaux, par de nombreux autres acteurs de justice et par des associations d'étudiants en droit, se sont réunis mardi à 15h00 sur la place Poelaert à Bruxelles pour exprimer leur insatisfaction face au manque de moyens accordés au pouvoir judiciaire.

Selon eux, le cri d'alarme qui a été déclenché il y a trois ans n'a pas été entendu. Le gouvernement continue à poursuivre la même politique néfaste, privant la justice de moyens humains et matériels nécessaires à la tenue d'une justice digne d'un Etat de droit, estiment-ils.

Trois ans après avoir lancé un premier cri d'alarme concernant le manque de moyens accordés à la justice en Belgique, ils se sont à nouveau rassemblés pour alerter le monde politique.Munis de pancartes "#balance ton ministre" ou "faute de moyens la justice devient l'injustice", avocats, magistrats, personnel de justice et collaborateurs des cours et tribunaux ont manifesté, mardi après-midi, leur mécontentement, devant le palais de justice de Bruxelles. Les magistrats, soutenus par les barreaux, par de nombreux autres acteurs de justice et par des associations d'étudiants en droit, se sont réunis mardi à 15h00 sur la place Poelaert à Bruxelles pour exprimer leur insatisfaction face au manque de moyens accordés au pouvoir judiciaire. Selon eux, le cri d'alarme qui a été déclenché il y a trois ans n'a pas été entendu. Le gouvernement continue à poursuivre la même politique néfaste, privant la justice de moyens humains et matériels nécessaires à la tenue d'une justice digne d'un Etat de droit, estiment-ils.