Dans un communiqué conjoint, MM. Demotte et Antoine disent prendre acte du "revirement à 180°" opéré, selon eux, par la Cour dont ils demanderont à rencontrer les responsables "dans les plus brefs délais" pour "confronter les points de vue respectifs". Selon eux, le rapport évoqué par la presse vendredi ne remet nullement en cause les chiffres wallons. "Il n'y a donc pas de dette cachée mais plutôt une nouvelle interprétation par la Cour du périmètre de l'endettement. Tous les chiffres sont connus de tous", assurent les deux ministres.

Ceux-ci relèvent par ailleurs que la Cour "n'a pas formulé d'objection au Conseil du Trésor ni exprimé de difficultés notables au sein des différentes commissions wallonnes ou communautaires où la Cour siège". "De plus, la Cour prend en considération, aujourd'hui, des opérations initiées pour certaines il y a plus de 15 ans", se défendent encore MM. Demotte et Antoine.

Dans un communiqué conjoint, MM. Demotte et Antoine disent prendre acte du "revirement à 180°" opéré, selon eux, par la Cour dont ils demanderont à rencontrer les responsables "dans les plus brefs délais" pour "confronter les points de vue respectifs". Selon eux, le rapport évoqué par la presse vendredi ne remet nullement en cause les chiffres wallons. "Il n'y a donc pas de dette cachée mais plutôt une nouvelle interprétation par la Cour du périmètre de l'endettement. Tous les chiffres sont connus de tous", assurent les deux ministres. Ceux-ci relèvent par ailleurs que la Cour "n'a pas formulé d'objection au Conseil du Trésor ni exprimé de difficultés notables au sein des différentes commissions wallonnes ou communautaires où la Cour siège". "De plus, la Cour prend en considération, aujourd'hui, des opérations initiées pour certaines il y a plus de 15 ans", se défendent encore MM. Demotte et Antoine.