Après sept années de procédures judiciaires, Delphine, anciennement Boël, a été reconnue comme la fille légitime du roi Albert II. Elle a obtenu le titre de princesse de Belgique ainsi que le nom de famille Saxe-Cobourg Gotha. Elle ne se voit pas pour autant changer de vie.
...

Après sept années de procédures judiciaires, Delphine, anciennement Boël, a été reconnue comme la fille légitime du roi Albert II. Elle a obtenu le titre de princesse de Belgique ainsi que le nom de famille Saxe-Cobourg Gotha. Elle ne se voit pas pour autant changer de vie."Je vais rester la même, a-t-elle affirmé. Je vais continuer à être une artiste. Je serai seulement différente à l'intérieur. Je me sentirai plus heureuse et plus libre, car la justice m'a donné raison et c'est un grand soulagement", a-t-elle confié. La princesse ne souhaite pas utiliser son titre. "Sauf pour faire quelque chose de bien", a-t-elle affirmé. Comme mettre en lumière une association par exemple. Le roi Albert II n'a toujours pas fait de pas envers sa fille Delphine qui affirme ne plus rien attendre de sa part. "Je ne demande plus rien, dit-elle. Je ne me mettrai pas à genoux pour que ma famille vienne à moi. Ça se fera, ou pas. Je ne sais pas". La nouvelle princesse a toutefois précisé qu'elle accepterait volontiers une invitation du Palais. "Mais uniquement s'ils en ont envie et pas s'ils y sont obligés". Le seul message qu'elle a désiré leur adresser est "beaucoup de bonheur et une bonne santé". Revenant sur les sept longues années de procédures judiciaires. Delphine a expliqué que le plus pénible avait été l'attente et le sentiment d'être constamment "sur un champ de bataille. C'était épuisant et très douloureux", a-t-elle commenté. Delphine de Saxe-Cobourg Gotha est aujourd'hui fière d'avoir pu ouvrir un chemin pour toutes les personnes qui vivent la même injustice qu'elle. "Ce n'était pas du tout l'objectif au début. Mais j'ai ensuite réalisé que notre combat aidait d'autres personnes dans le même cas. Ça m'a donné la force de continuer." Elle encourage d'ailleurs ces personnes à lancer des procédures, "si c'est pour les bonnes raisons", précise-t-elle. "Quand on reste juste et droit, on est récompensé à la fin. Si je l'avais fait pour l'argent et le titre, j'aurais perdu". C'est au moment d'évoquer le soutien de sa famille et particulièrement de son mari que la fille du roi s'est montrée émotive. "Il a été d'un grand soutien et est toujours resté en retrait", a-t-elle dit avant de s'interrompre, trop émue. Elle a ensuite évoqué l'autodérision familiale qui leur a permis de traverser cette période difficile. "On parlait beaucoup, explique-t-elle. On a toujours essayé de continuer à rire de ma situation pour la rendre plus légère. On rit beaucoup à la maison. On ne se prend pas au sérieux, ça aide énormément. Mes enfants ont un fantastique sens de l'humour et ils ont été un soutien énorme. Je crois qu'ils sont fiers de moi et j'espère être un bon exemple."