Inverser la logique était attendu, mais mérite d'être salué. La stratégie qui prévalait jusque-là à savoir tout interdire, sauf... ne tenait plus la route tant les exceptions devenaient nombreuses, sources d'inégalités parfois supposées, parfois avérées. Il fallait donc en sortir sous peine de voir de plus en plus de Belges pratiquer l'auto-déconfinement, tant l'envie ou le besoin de retrouver ses libertés fondamentales se faisait pressant au sein de la population.

La crise sanitaire semble sous contrôle

On saluera également que certaines mesures avancées pour la réouverture de l'horeca aient finalement été abandonnées. La permission de minuit a gagné une heure de rab' et le registre de clients est lui carrément passé à la trappe. Incompatible avec le règlement RGPD a reconnu Sophie Wilmès. Inacceptable aussi pour notre démocratie.

Seul le secteur culturel n'a sans doute pas salué les nouvelles annonces du Conseil national de sécurité avec la même ferveur. En effet, la limitation du nombre de spectateurs rend impossible la réouverture de certaines salles. Ou financièrement intenable.

Car maintenant que la crise sanitaire semble sous contrôle, ce sera la prochaine étape du déconfinement. Soutenir la demande pour permettre la relance et éviter au maximum les désastres économiques. Mais pour cela, on attend le déconfinement politique. Et ça, ça peut prendre du temps.

Inverser la logique était attendu, mais mérite d'être salué. La stratégie qui prévalait jusque-là à savoir tout interdire, sauf... ne tenait plus la route tant les exceptions devenaient nombreuses, sources d'inégalités parfois supposées, parfois avérées. Il fallait donc en sortir sous peine de voir de plus en plus de Belges pratiquer l'auto-déconfinement, tant l'envie ou le besoin de retrouver ses libertés fondamentales se faisait pressant au sein de la population.La crise sanitaire semble sous contrôleOn saluera également que certaines mesures avancées pour la réouverture de l'horeca aient finalement été abandonnées. La permission de minuit a gagné une heure de rab' et le registre de clients est lui carrément passé à la trappe. Incompatible avec le règlement RGPD a reconnu Sophie Wilmès. Inacceptable aussi pour notre démocratie. Seul le secteur culturel n'a sans doute pas salué les nouvelles annonces du Conseil national de sécurité avec la même ferveur. En effet, la limitation du nombre de spectateurs rend impossible la réouverture de certaines salles. Ou financièrement intenable.Car maintenant que la crise sanitaire semble sous contrôle, ce sera la prochaine étape du déconfinement. Soutenir la demande pour permettre la relance et éviter au maximum les désastres économiques. Mais pour cela, on attend le déconfinement politique. Et ça, ça peut prendre du temps.