Jean Demannez a dirigé cette commune du centre de la capitale de 1999 à 2012, fort d'une expérience d'échevin de plus de 20 ans (1977-1999) et de député régional de 1989 à 2001. Il avait succédé à Guy Cudell qui avait dirigé quant à lui la commune durant 46 ans, sans discontinuer.

Son départ, à l'issue des élections communales de 2012, avait été quelque peu précipité. Tête de liste, et fort de 1.215 voix, il avait en vain revendiqué la mise en oeuvre d'un accord pré-électoral lui garantissant, disait-il, l'exercice du maïorat durant une partie de la législature, mais Emir Kir, troisième sur la liste, fort de 1.916 voix revendiquait d'emblée le mandat qu'il obtint après des négociations houleuses.

La passion de Jean Demannez pour la musique l'avait poussé à créer un lieu culturel dédié au Jazz dans le cadre de la réhabilitation d'une ancienne gare située le long de la chaussée de Louvain. La Jazz Station a vu se succéder de grands représentants du jazz de la scène belge et internationale dont Toots Thielemans, Sadi, Philip Catherine, Steve Houben, Michel Herr et bien d'autres.

On doit aussi à ce batteur, membre d'un groupe de jazz, la création, il y a trente-cinq ans, du festival Saint-Jazz-ten-Noode, qui a vu défiler de nombreuses pointures internationales de ce genre musical.

À l'annonce du décès de l'ex-bourgmestre, le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort a dit avoir appris "avec une grande tristesse la disparition d'un compagnon de route, jusqu'à son dernier souffle derrière sa batterie'".

L'actuel président de la fédération bruxelloise, Ahmed Laaouej, a souligné que Jean Demannez, "aussi connu pour ses goûts musicaux, laissera le souvenir d'un homme dévoué à sa commune, ouvert, affable, et s'inscrivant dans la continuité de son prédécesseur Guy Cudell".

On épinglera encore l'hommage rendu en ces termes par Emir Kir avec lequel les relations de Jean Demannez s'étaient détériorées à la suite de leur rivalité électorale en 2012: "Il restera pour Saint-Josse un grand bâtisseur et un homme de culture. Nos chemins ont parfois été différents mais notre envie de donner le meilleur pour Saint-Josse nous rassemble. Mes pensées sont avec sa famille et ses proches", a commenté le bourgmestre actuel de la commune, sur son compte Facebook.

Jean Demannez a dirigé cette commune du centre de la capitale de 1999 à 2012, fort d'une expérience d'échevin de plus de 20 ans (1977-1999) et de député régional de 1989 à 2001. Il avait succédé à Guy Cudell qui avait dirigé quant à lui la commune durant 46 ans, sans discontinuer. Son départ, à l'issue des élections communales de 2012, avait été quelque peu précipité. Tête de liste, et fort de 1.215 voix, il avait en vain revendiqué la mise en oeuvre d'un accord pré-électoral lui garantissant, disait-il, l'exercice du maïorat durant une partie de la législature, mais Emir Kir, troisième sur la liste, fort de 1.916 voix revendiquait d'emblée le mandat qu'il obtint après des négociations houleuses. La passion de Jean Demannez pour la musique l'avait poussé à créer un lieu culturel dédié au Jazz dans le cadre de la réhabilitation d'une ancienne gare située le long de la chaussée de Louvain. La Jazz Station a vu se succéder de grands représentants du jazz de la scène belge et internationale dont Toots Thielemans, Sadi, Philip Catherine, Steve Houben, Michel Herr et bien d'autres. On doit aussi à ce batteur, membre d'un groupe de jazz, la création, il y a trente-cinq ans, du festival Saint-Jazz-ten-Noode, qui a vu défiler de nombreuses pointures internationales de ce genre musical. À l'annonce du décès de l'ex-bourgmestre, le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort a dit avoir appris "avec une grande tristesse la disparition d'un compagnon de route, jusqu'à son dernier souffle derrière sa batterie'". L'actuel président de la fédération bruxelloise, Ahmed Laaouej, a souligné que Jean Demannez, "aussi connu pour ses goûts musicaux, laissera le souvenir d'un homme dévoué à sa commune, ouvert, affable, et s'inscrivant dans la continuité de son prédécesseur Guy Cudell". On épinglera encore l'hommage rendu en ces termes par Emir Kir avec lequel les relations de Jean Demannez s'étaient détériorées à la suite de leur rivalité électorale en 2012: "Il restera pour Saint-Josse un grand bâtisseur et un homme de culture. Nos chemins ont parfois été différents mais notre envie de donner le meilleur pour Saint-Josse nous rassemble. Mes pensées sont avec sa famille et ses proches", a commenté le bourgmestre actuel de la commune, sur son compte Facebook.