"Alain Lachlan fut pendant des années le fer de lance de l'enquête sur Latinus, Barbier, Libert, Bultot et les autres", indique l'ancien chef d'enquête de la Cellule Brabant wallon Lionel Ruth, qui l'a côtoyé. "On ressort aujourd'hui sur Michel Libert: tout cela, c'est ce qu'il découvrait il y a 30 ans et qu'il a essayé de prouver. Alain Lachlan a été le premier à penser que ces liens et ces points d'ancrage allaient prouver l'implication de l'extrême droite dans les tueries. Il a travaillé dessus neuf ans pour arriver à cette conclusion qu'en définitive ces liens n'étaient rien de plus qu'une série de coïncidences."

Alain Lachlan est décédé d'un infarctus à l'âge de 64 ans. Il était retraité depuis 2009.

"Alain Lachlan fut pendant des années le fer de lance de l'enquête sur Latinus, Barbier, Libert, Bultot et les autres", indique l'ancien chef d'enquête de la Cellule Brabant wallon Lionel Ruth, qui l'a côtoyé. "On ressort aujourd'hui sur Michel Libert: tout cela, c'est ce qu'il découvrait il y a 30 ans et qu'il a essayé de prouver. Alain Lachlan a été le premier à penser que ces liens et ces points d'ancrage allaient prouver l'implication de l'extrême droite dans les tueries. Il a travaillé dessus neuf ans pour arriver à cette conclusion qu'en définitive ces liens n'étaient rien de plus qu'une série de coïncidences."Alain Lachlan est décédé d'un infarctus à l'âge de 64 ans. Il était retraité depuis 2009.