La présidente de la cour, Laurence Massart, donnera tout d'abord la parole aux avocats de Mehdi Nemmouche, mardi à 9h00, pour la lecture de leur acte de défense. Celle-ci a été annoncée pour environ 1h00 à 1h30. Après cela, la magistrate entamera son interrogatoire des accusés. Elle les questionnera l'un après l'autre tout d'abord sur leur parcours de vie, pour en arriver ensuite au coeur du dossier: l'attentat au Musée juif de Belgique.

La juge interrogera donc Mehdi Nemmouche sur son séjour à Bruxelles entre fin mars et fin mai 2014, puis sur son arrestation à Marseille en possession des armes qui ont servi lors de l'attaque au Musée juif de Belgique. Mehdi Nemmouche a, durant l'enquête, toujours refusé de donner des explications sur son implication, disant réserver ses réponses pour la cour d'assises.

La présidente interrogera également Nacer Bendrer sur sa venue à Bruxelles les 10 et 11 avril 2014, sur ses nombreux contacts téléphoniques avec Mehdi Nemmouche juste avant et juste après les faits, ainsi que sur les armes et munitions retrouvées dans un pavillon à Marseille, là où il avait été interpellé le 9 décembre 2014. La police y avait notamment découvert une kalachnikov similaire à celle utilisée lors de l'attaque au Musée juif de Belgique.

Enfin, la présidente de la cour questionnera encore les accusés sur leur situation actuelle (familiale, personnelle et professionnelle), et sur la façon dont ils voient leur avenir (leurs projets de vie). La juge laissera ensuite les jurés poser d'éventuelles questions aux accusés, puis les autres parties poser les leurs également, en commençant par la partie civile puis le ministère public et enfin la défense.

La cour a prévu, pour cet interrogatoire, trois journées complètes d'audience, de mardi en milieu de matinée à jeudi soir. Mehdi Nemmouche et Nacer Bendrer, deux Français âgés de 33 et 30 ans, sont accusés devant la cour d'assises de Bruxelles d'être auteurs ou co-auteurs de l'attaque terroriste commise le 24 mai 2014 au Musée juif de Belgique, situé rue des Minimes à Bruxelles.

L'attentat avait coûté la vie à quatre personnes: Emmanuel et Miriam Riva, un couple de touristes israéliens, Dominique Sabrier, une bénévole du musée, et Alexandre Strens, un employé du musée.

Mehdi Nemmouche avait été arrêté six jours après les faits, le 30 mai 2014, à la gare routière de Marseille. Il était en possession de munitions et d'armes, une kalachnikov et un revolver, qui ont servi lors de l'attaque au Musée juif. Selon l'enquête, il est celui qui a fait feu sur les quatre victimes à l'intérieur du Musée juif, l'homme visible sur les images de caméras de vidéo-surveillance dans et autour du musée lors de l'attaque, et qui ont fait l'objet d'un avis de recherche largement diffusé les jours suivant les faits. Mehdi Nemmouche ne conteste pas être impliqué dans l'attentat mais il nie être le tireur. Quant à Nacer Bendrer, arrêté le 9 décembre 2014 à Marseille, il est soupçonné d'avoir fourni les armes à Mehdi Nemmouche.

La présidente de la cour, Laurence Massart, donnera tout d'abord la parole aux avocats de Mehdi Nemmouche, mardi à 9h00, pour la lecture de leur acte de défense. Celle-ci a été annoncée pour environ 1h00 à 1h30. Après cela, la magistrate entamera son interrogatoire des accusés. Elle les questionnera l'un après l'autre tout d'abord sur leur parcours de vie, pour en arriver ensuite au coeur du dossier: l'attentat au Musée juif de Belgique. La juge interrogera donc Mehdi Nemmouche sur son séjour à Bruxelles entre fin mars et fin mai 2014, puis sur son arrestation à Marseille en possession des armes qui ont servi lors de l'attaque au Musée juif de Belgique. Mehdi Nemmouche a, durant l'enquête, toujours refusé de donner des explications sur son implication, disant réserver ses réponses pour la cour d'assises. La présidente interrogera également Nacer Bendrer sur sa venue à Bruxelles les 10 et 11 avril 2014, sur ses nombreux contacts téléphoniques avec Mehdi Nemmouche juste avant et juste après les faits, ainsi que sur les armes et munitions retrouvées dans un pavillon à Marseille, là où il avait été interpellé le 9 décembre 2014. La police y avait notamment découvert une kalachnikov similaire à celle utilisée lors de l'attaque au Musée juif de Belgique. Enfin, la présidente de la cour questionnera encore les accusés sur leur situation actuelle (familiale, personnelle et professionnelle), et sur la façon dont ils voient leur avenir (leurs projets de vie). La juge laissera ensuite les jurés poser d'éventuelles questions aux accusés, puis les autres parties poser les leurs également, en commençant par la partie civile puis le ministère public et enfin la défense. La cour a prévu, pour cet interrogatoire, trois journées complètes d'audience, de mardi en milieu de matinée à jeudi soir. Mehdi Nemmouche et Nacer Bendrer, deux Français âgés de 33 et 30 ans, sont accusés devant la cour d'assises de Bruxelles d'être auteurs ou co-auteurs de l'attaque terroriste commise le 24 mai 2014 au Musée juif de Belgique, situé rue des Minimes à Bruxelles. L'attentat avait coûté la vie à quatre personnes: Emmanuel et Miriam Riva, un couple de touristes israéliens, Dominique Sabrier, une bénévole du musée, et Alexandre Strens, un employé du musée. Mehdi Nemmouche avait été arrêté six jours après les faits, le 30 mai 2014, à la gare routière de Marseille. Il était en possession de munitions et d'armes, une kalachnikov et un revolver, qui ont servi lors de l'attaque au Musée juif. Selon l'enquête, il est celui qui a fait feu sur les quatre victimes à l'intérieur du Musée juif, l'homme visible sur les images de caméras de vidéo-surveillance dans et autour du musée lors de l'attaque, et qui ont fait l'objet d'un avis de recherche largement diffusé les jours suivant les faits. Mehdi Nemmouche ne conteste pas être impliqué dans l'attentat mais il nie être le tireur. Quant à Nacer Bendrer, arrêté le 9 décembre 2014 à Marseille, il est soupçonné d'avoir fourni les armes à Mehdi Nemmouche.