Les conflits entre la N-VA et le Premier ministre, Charles Michel (MR), au sujet d'importants dossiers fédéraux s'accumulent. À présent, il y a du grabuge, et pas pour la première fois, sur le remplacement des avions de combat F-16. En Flandre, les observateurs ont le sentiment que Michel cherche de plus en plus le conflit avec la N-VA. Le MR trouve que De Wever déstabilise systématiquement le Premier ministre. À l'approche des élections communales, le bourgmestre anversois "vo...

Les conflits entre la N-VA et le Premier ministre, Charles Michel (MR), au sujet d'importants dossiers fédéraux s'accumulent. À présent, il y a du grabuge, et pas pour la première fois, sur le remplacement des avions de combat F-16. En Flandre, les observateurs ont le sentiment que Michel cherche de plus en plus le conflit avec la N-VA. Le MR trouve que De Wever déstabilise systématiquement le Premier ministre. À l'approche des élections communales, le bourgmestre anversois "voudrait absolument persuader les Anversois qu'il est l'homme le plus important de Belgique", estime un ténor du MR. Le Premier ministre souhaite étudier l'acquisition de l'avion de combat français Rafale. De Wever estime que cette option n'est pas envisageable "parce que l'appareil ne peut rien faire". Dans les couloirs du MR, on dit que les F-35 américains sont techniquement les meilleurs avions. Mais Michel ne peut balayer la proposition française d'un revers de la main même si elle est vague et en dehors de la procédure officielle. "Il a d'excellentes relations avec le président français Emmanuel Macron", dit-on au MR. "Il y a des discussions pour former une grande fraction au parlement européen après les élections européennes de 2019. Le parti de Macron en serait le pivot."L'attitude destructrice du président américain Donald Trump, avec ses taxes sur les importations sur l'acier européen et la résiliation de l'accord iranien, a attisé le sentiment anti-américain en Europe. Du coup, il n'est pas évident pour le MR traditionnellement francophile de choisir un appareil américain. Michel ne veut pas éveiller l'impression que son gouvernement cède à la pression du sommet de l'OTAN prévu les 11 et 12 juillet à Bruxelles. C'est également pour cette raison qu'il ne veut pas exclure la proposition française et qu'il reporte le dossier F-16 après l'été.La source haut placée du MR trouve que malgré les coups répétés du président de la N-VA, Michel réussit "à garder son sang-froid". Mais ce n'est pas facile. De Wever qui se comporte de plus en plus comme un Premier ministre de l'ombre, les excès verbaux du Secrétaire d'État à la Migration Theo Francken... il est de plus en plus compliqué de défendre l'alliance avec la N-VA dans l'opinion publique francophone", déclare le ténor du MR. "Michel est totalement en mode campagne. Mais s'il veut poursuivre ce gouvernement après 2019, il devrait ménager Michel."