Depuis ce lundi matin, les bus de De Lijn ne s'arrêtent plus à la Gare du Nord, les chauffeurs dénonçant notamment le manque d'hygiène et de sécurité des lieux.

Face à cette situation, le bourgmestre de Schaerbeek, Bernard Clerfayt, a à nouveau plaidé, dimanche, pour l'ouverture d'un centre d'accueil et d'orientation pour les migrants, ce que refuse le Fédéral.

Ce lundi, Pascal Smet s'est lui aussi déclaré favorable à un centre de ce type où les gens pourraient être informés et accompagnés, soit vers une procédure d'asile, soit vers un départ du pays.

"Si nous créons ce centre d'accueil, on nous tombera dessus. Et quand la police de Schaerbeek entreprend des actions policières, l'Office des étrangers, qui dépend du Fédéral, dit qu'il doit relâcher les personnes arrêtées. Le problème, c'est que jusqu'à présent, le Fédéral ne veut rien faire alors que c'est lui qui a les clés", a conclu Pascal Smet.

Depuis ce lundi matin, les bus de De Lijn ne s'arrêtent plus à la Gare du Nord, les chauffeurs dénonçant notamment le manque d'hygiène et de sécurité des lieux. Face à cette situation, le bourgmestre de Schaerbeek, Bernard Clerfayt, a à nouveau plaidé, dimanche, pour l'ouverture d'un centre d'accueil et d'orientation pour les migrants, ce que refuse le Fédéral. Ce lundi, Pascal Smet s'est lui aussi déclaré favorable à un centre de ce type où les gens pourraient être informés et accompagnés, soit vers une procédure d'asile, soit vers un départ du pays. "Si nous créons ce centre d'accueil, on nous tombera dessus. Et quand la police de Schaerbeek entreprend des actions policières, l'Office des étrangers, qui dépend du Fédéral, dit qu'il doit relâcher les personnes arrêtées. Le problème, c'est que jusqu'à présent, le Fédéral ne veut rien faire alors que c'est lui qui a les clés", a conclu Pascal Smet.