Le réseau du fournisseur d'accès à Internet de plus de 200 administrations gouvernementales, centres de recherche, universités et hautes écoles a été instable pendant des heures mardi en raison d'une cyberattaque par déni de service (DDoS). Belnet n'est parvenu à maîtriser la situation que dans la soirée.

On ne sait pas encore qui est à l'origine de cette attaque. Belnet a déposé plainte. La Federal Computer Crime Unit (FCCU), le service spécialisé de la police fédérale pour la criminalité sur Internet, entreprendra des démarches dès ce mercredi, précise encore Davina Luyten.

En attendant, les équipes de Belnet restent mobilisées et "très vigilantes" pour faire face à tout nouveau problème.

Déni de service

Le réseau Belnet a été victime d'une attaque par déni de service (DDoS). Une attaque par déni de service distribué (DDoS) est une cyberattaque qui empêche la disponibilité d'un certain service. Il ne s'agit donc pas d'une effraction ou d'un vol de données. Rien n'indique que les cybercriminels aient infiltré un quelconque réseau. L'attaque semblait viser uniquement à saturer le réseau Belnet. "Belnet investit continuellement dans la cybersécurité. Cependant, l'attaque DDoS d'aujourd'hui est d'une telle ampleur que l'ensemble de notre réseau a été saturé. Le fait que les auteurs de l'attaque changent constamment de tactique rend encore plus difficile sa neutralisation", explique Dirk Haex, directeur technique chez Belnet.

Le réseau du fournisseur d'accès à Internet de plus de 200 administrations gouvernementales, centres de recherche, universités et hautes écoles a été instable pendant des heures mardi en raison d'une cyberattaque par déni de service (DDoS). Belnet n'est parvenu à maîtriser la situation que dans la soirée. On ne sait pas encore qui est à l'origine de cette attaque. Belnet a déposé plainte. La Federal Computer Crime Unit (FCCU), le service spécialisé de la police fédérale pour la criminalité sur Internet, entreprendra des démarches dès ce mercredi, précise encore Davina Luyten. En attendant, les équipes de Belnet restent mobilisées et "très vigilantes" pour faire face à tout nouveau problème.