John Crombez avait convoqué mercredi soir le Conseil des présidents et secrétaires de toutes les sections du parti, qui comprend également une représentation des parlementaires. Il y a exposé l'état des discussions qu'il a déjà eues avec Bart De Wever, avant que ce ne soit à la salle de s'exprimer.

Une note a finalement été approuvée, que John Crombez peut utiliser comme base dans des discussions de contenu avec le président de la N-VA, dans le cadre d'échanges en vue de la formation d'un gouvernement flamand. "Le sp.a sera à l'écoute, quand le parti sera invité à des discussions de formation", indique John Crombez dans un communiqué. "Pour nous, il est cependant clair, sur base des résultats des élections, que la balle n'est pas dans notre camp".

Après la réunion, il est apparu que c'est une importante majorité qui a donné à John Crombez la mission de mener de telles discussions "de fond" avec le président de la N-VA. "Nous ne nous sommes pas exprimés sur la possibilité ou non de gouverner avec la N-VA, car cette question n'était pas à l'ordre du jour", a précisé une des personnes présentes. "Nous savons en revanche où l'on place la barre, pour quand on devra prendre une décision à ce sujet".

Le député Bruno Tobback, pourtant l'un des adversaires les plus résolus à une participation du sp.a à un futur gouvernement flamand avec les nationalistes, est sorti satisfait de la réunion.

"Cette note de contenu, j'ai participé à l'écrire", indique-t-il. "Il n'y a pas, aujourd'hui, de réelle invitation pour de réelles négociations de formation. Mais si Bart De Wever venait à reprendre tout notre programme interne, on peut bien sûr négocier, en ce qui me concerne".

Les grandes lignes de la note approuvée mercredi soir étaient déjà connues durant la journée. Un des points principaux en est la mobilité, avec un shift souhaité vers les transports en commun (développement de l'offre, également de nuit, etc.). Le social est un deuxième point principal, avec des efforts pour supprimer les listes d'attente dans les services aux personnes handicapées, mais aussi un meilleur financement des crèches et des maisons de repos. Le troisième point est le climat.

Malgré la majorité derrière John Crombez et derrière la note, il y avait mercredi soir toujours quelques voix critiques. Un parlementaire a entre autres lâché: "nous ne devrions prendre nos responsabilités que si nous pouvons imprimer notre pleine marque. Dans tous les autres cas: on reste en dehors".