Dès le 26 octobre, levif.be entame une opération visant à répondre à vos interrogations sur le covid. Aujourd'hui nous répondons une question sur la garde des petits-enfants :
...

Les mesures sanitaires en vigueur actuellement nous autorisent à voir une seule personne de manière rapprochée en dehors de notre foyer. Nous avons également le droit d'inviter quatre personnes à notre domicile en respectant les distances. Mais les enfants de moins de 12 ans ne sont pas concernés par ces restrictions. Donc, à priori, il est autorisé de garder ses petits-enfants durant les vacances de Toussaint. Du moins pour l'instant, puisqu'un nouveau comité de concertation aura lieu demain (vendredi) et que de nouvelles mesures devraient être annoncées. Vous devez d'abord évaluer votre propre état de santé. Souffrez-vous d'une maladie chronique ou êtes-vous en bonne forme ? Les personnes ayant une santé fragile devraient éviter, le plus possible, tous les contacts rapprochés afin de limiter les risques d'infection au coronavirus qui pourrait être plus sévère chez elles. Vous devez ensuite vous interroger sur l'état de santé de vos petits-enfants. Sont-ils malades, enrhumés ou se portent-ils à merveille ? S'ils sont malades, ou simplement enrhumés, il ne s'agit pas forcément du coronavirus évidemment, mais il faudra tout de même redoubler de prudence, à fortiori si vous avez une santé fragile. Pour vous aider à prendre votre décision, vous pouvez également évaluer la vie sociale des enfants. Sont-ils allés à l'école ou à la crèche ces derniers jours ? Ont-ils des activités extrascolaires ? S'ils ont eu peu de contact durant les sept derniers jours, il y a moins de chance qu'ils soient porteurs du coronavirus ou de tout autre microbe.La question est complexe et les avis scientifiques divergent encore à l'heure actuelle. Selon Olga Chatzis, pédiatre à l'UCLouvain et membre de la Task force pédiatrique, il faut distinguer les enfants de plus et de moins de 10 ans qui ne constituent pas les mêmes groupes cliniques. "En primaire et en maternelle (...) le taux de contamination reste faible. On a l'impression que l'augmentation des infections dans cette catégorie d'âge augmente en parallèle aux contaminations dans la société. En quelque sorte, l'augmentation des infections qu'on observe aujourd'hui déborde sur l'école", nous expliquait-elle lors d'une récente interview. Les jeunes enfants ne se contamineraient donc pas entre eux, mais plutôt via leurs parents ou les adultes qu'ils côtoient. Elle n'exclut toutefois pas que dans certains cas, ce soit un enfant qui contamine l'adulte. C'est plus rare, et ce, pour plusieurs raisons."Les données montrent qu'ils les enfants (de moins de 10 ans) ont une protection croisée liée aux autres coronavirus hivernaux banaux avec lesquels ils sont régulièrement en contact. Ils sont donc moins sujets à tomber malades du coronavirus. De plus, pour être atteint du coronavirus on a besoin de récepteurs et les enfants en ont moins que les adultes. C'est, entre autres, pour ces raisons qu'ils s'infectent moins que les adultes", explique-t-elle. "Toutefois quand ils sont malades, ils sécrètent du virus et peuvent quand même le transmettre à d'autres personnes". La prudence est donc de mise, surtout lorsqu'un enfant est malade. Autre bémol, "on ne connait pas bien le rôle des enfants asymptomatiques sur la transmission du virus. À ma connaissance, nous n'avons pas beaucoup de données à ce stade, mais des études sont en cours." De plus, une étude publiée le 22 octobre dans la revue The Lancet affirme que la fermeture des écoles ferait partie des mesures les plus efficaces pour limiter l'épidémie de coronavirus. Bien sûr, cette étude comporte des biais puisqu'aucune mesure n'a été prise isolément.En conclusion, en théorie rien ne vous interdit de garder vos petits-enfants durant les vacances de Toussaint. Veillez toutefois à respecter les gestes barrière autant que possible et à aérer votre maison. Évitez aussi de garder les enfants malades, surtout si vous avez une santé fragile.