L'apparition de symptômes, un contact à haut risque ou l'envie de rendre visite à quelqu'un sont les principales raisons qui ont poussé ces citoyens à réaliser un autotest. Dans 7% des cas, ce dernier était positif. 82% de ces personnes ont également fait l'objet d'un un test PCR comme recommandé.

Par ailleurs, seuls 35% des adultes présentant des symptômes légers à modérés, et pour lesquels il est indiqué de faire réaliser un test Covid-19 par un professionnel de la santé, se sont effectivement fait tester.

Au moment de l'enquête, 87% de la population majeure déclarait avoir été vaccinée contre le coronavirus. "Les encouragements à se faire vacciner provenant de l'entourage social proche semble avoir été un facteur important pour près de 50% de ces personnes. Parmi les non-vaccinés, la moitié a déclaré que rien ne pourrait les convaincre de se faire vacciner", souligne Sciensano qui note que 80% des citoyens sont a contrario confiants à l'égard des vaccins. Les personnes ayant de meilleures connaissances liées à la vaccination sont d'ailleurs souvent plus favorables au vaccin, précise encore l'Institut de Santé publique.

Enfin, l'enquête révèle que 34% des sondés sont insatisfaits de leur vie en général, contre 14% début octobre. Les jeunes de 18 à 29 ans sont les plus nombreux dans ce cas (37%). Dans le même ordre d'idée, 21% des adultes étaient sujets à un trouble dépressif et 24% à un trouble anxieux en décembre dernier, des taux parmi les plus élevés depuis le début de la crise, conclut Sciensano.

L'apparition de symptômes, un contact à haut risque ou l'envie de rendre visite à quelqu'un sont les principales raisons qui ont poussé ces citoyens à réaliser un autotest. Dans 7% des cas, ce dernier était positif. 82% de ces personnes ont également fait l'objet d'un un test PCR comme recommandé. Par ailleurs, seuls 35% des adultes présentant des symptômes légers à modérés, et pour lesquels il est indiqué de faire réaliser un test Covid-19 par un professionnel de la santé, se sont effectivement fait tester. Au moment de l'enquête, 87% de la population majeure déclarait avoir été vaccinée contre le coronavirus. "Les encouragements à se faire vacciner provenant de l'entourage social proche semble avoir été un facteur important pour près de 50% de ces personnes. Parmi les non-vaccinés, la moitié a déclaré que rien ne pourrait les convaincre de se faire vacciner", souligne Sciensano qui note que 80% des citoyens sont a contrario confiants à l'égard des vaccins. Les personnes ayant de meilleures connaissances liées à la vaccination sont d'ailleurs souvent plus favorables au vaccin, précise encore l'Institut de Santé publique. Enfin, l'enquête révèle que 34% des sondés sont insatisfaits de leur vie en général, contre 14% début octobre. Les jeunes de 18 à 29 ans sont les plus nombreux dans ce cas (37%). Dans le même ordre d'idée, 21% des adultes étaient sujets à un trouble dépressif et 24% à un trouble anxieux en décembre dernier, des taux parmi les plus élevés depuis le début de la crise, conclut Sciensano.