Concernant le nombre d'infections dans notre pays, celles-ci doublent actuellement tous les 8 jours. Le nombre d'hospitalisations augmente plus rapidement puisqu'il double tous les 7 jours.

Notre pays a battu le triste record du plus grand nombre d'infections au coronavirus le 13 octobre, avec 12.051 cas d'infections recensés. Le 14 octobre, 10.932 cas ont été rapportés. En moyenne, 7876 cas ont été signalés ces 7 derniers jours. Il s'agit d'une augmentation de 79%.

"Cela peut sembler diminuer, commente Yves Van Laethem, mais attention, car on sait qu'il y a une sorte d'embouteillage dans les tests et résultats. Il y a donc un retard dans la transmission des résultats. Nous n'avons aujourd'hui pas une vue d'ensemble suffisante pour établir une quelconque conclusion".

Aujourd'hui, une infection sur 5 a lieu chez les 20-30 ans. C'est la tranche d'âge la plus atteinte. Mais les cas augmentent aussi chez les 30-60 ans. Plus inquiétant, on observe une augmentation également chez les plus de 70 ans. Même si cela reste un nombre faible, celui-ci a une nouvelle fois doublé depuis la semaine précédente. Alerte le porte-parole.

Le nombre d'infections par habitant est le plus élevé à Bruxelles et en Wallonie. Mais l'augmentation la plus rapide a lieu en Flandre occidentale. Le nombre de cas y double tous les 6 jours. Viennent ensuite, le Limbourg, Liège et le Hainaut où les chiffres doublent tous les 7 jours.

Le point le plus chaud actuellement est la province de Liège. On y dénombre 1424 nouveaux cas par jour lors des 7 derniers jours, soit +93%.

Dans le Hainaut, on dénombre 1327 nouveaux cas par jours, soit +107%.

À Bruxelles, il y a 1174 nouveaux cas par jour et à Anvers 802 nouveaux cas par jour.

Le nombre d'admissions dans les hôpitaux double chaque semaine. Le 17 octobre, il y a eu 351 nouvelles admissions. Il s'agit de la moitié du nombre d'admissions lors du pic de la première vague, le 28 mars. Ce jour-là, il y avait eu 629 admissions.

La situation est la plus précaire en Wallonie. Le 17 octobre, il y a eu autant d'hospitalisations que lors du pic de la première vague dans cette région.

La courbe des hospitalisations est actuellement plus verticale et plus rapide que lors de la première vague. "La tension va donc être importante dans les services concernés", s'inquiète le porte-parole.

À Bruxelles, on atteint la moitié des admissions, si on compare au pic de la première vague. Celles-ci doublent tous les 14 jours.

En Flandre, on atteint le tiers, mais les chiffres doublent tous les sept jours.

Selon les calculs du Centre de crise, la barre des 500 patients en soins intensifs devrait être atteinte cette semaine. Ils devraient être 1000 d'ici fin du mois.

Mais grâce aux nouvelles mesures prises par le gouvernement, on devrait éviter d'atteindre les 2000 patients mi-novembre, espère Yves Van Laethem. "Il s'agit de la capacité maximale du nombre de lits disponible pour les patients covid".

"Les mesures ont été prises pour inverser la tendance. Leur application dépend de la population. Tout contact épargné est une diminution du risque de transmission qui peut faire la différence, rappelle le porte-parole. Pour que les hôpitaux puissent tenir le coup."

On déplorait 42 décès le 14 octobre. En moyenne ces sept derniers jours, 30 personnes sont décédées chaque jour. Soit une augmentation de 89 %.

Concernant le nombre d'infections dans notre pays, celles-ci doublent actuellement tous les 8 jours. Le nombre d'hospitalisations augmente plus rapidement puisqu'il double tous les 7 jours. Notre pays a battu le triste record du plus grand nombre d'infections au coronavirus le 13 octobre, avec 12.051 cas d'infections recensés. Le 14 octobre, 10.932 cas ont été rapportés. En moyenne, 7876 cas ont été signalés ces 7 derniers jours. Il s'agit d'une augmentation de 79%. "Cela peut sembler diminuer, commente Yves Van Laethem, mais attention, car on sait qu'il y a une sorte d'embouteillage dans les tests et résultats. Il y a donc un retard dans la transmission des résultats. Nous n'avons aujourd'hui pas une vue d'ensemble suffisante pour établir une quelconque conclusion". Aujourd'hui, une infection sur 5 a lieu chez les 20-30 ans. C'est la tranche d'âge la plus atteinte. Mais les cas augmentent aussi chez les 30-60 ans. Plus inquiétant, on observe une augmentation également chez les plus de 70 ans. Même si cela reste un nombre faible, celui-ci a une nouvelle fois doublé depuis la semaine précédente. Alerte le porte-parole. Le nombre d'infections par habitant est le plus élevé à Bruxelles et en Wallonie. Mais l'augmentation la plus rapide a lieu en Flandre occidentale. Le nombre de cas y double tous les 6 jours. Viennent ensuite, le Limbourg, Liège et le Hainaut où les chiffres doublent tous les 7 jours. Le point le plus chaud actuellement est la province de Liège. On y dénombre 1424 nouveaux cas par jour lors des 7 derniers jours, soit +93%. Dans le Hainaut, on dénombre 1327 nouveaux cas par jours, soit +107%. À Bruxelles, il y a 1174 nouveaux cas par jour et à Anvers 802 nouveaux cas par jour. Le nombre d'admissions dans les hôpitaux double chaque semaine. Le 17 octobre, il y a eu 351 nouvelles admissions. Il s'agit de la moitié du nombre d'admissions lors du pic de la première vague, le 28 mars. Ce jour-là, il y avait eu 629 admissions. La situation est la plus précaire en Wallonie. Le 17 octobre, il y a eu autant d'hospitalisations que lors du pic de la première vague dans cette région. La courbe des hospitalisations est actuellement plus verticale et plus rapide que lors de la première vague. "La tension va donc être importante dans les services concernés", s'inquiète le porte-parole. À Bruxelles, on atteint la moitié des admissions, si on compare au pic de la première vague. Celles-ci doublent tous les 14 jours. En Flandre, on atteint le tiers, mais les chiffres doublent tous les sept jours. Selon les calculs du Centre de crise, la barre des 500 patients en soins intensifs devrait être atteinte cette semaine. Ils devraient être 1000 d'ici fin du mois. Mais grâce aux nouvelles mesures prises par le gouvernement, on devrait éviter d'atteindre les 2000 patients mi-novembre, espère Yves Van Laethem. "Il s'agit de la capacité maximale du nombre de lits disponible pour les patients covid". "Les mesures ont été prises pour inverser la tendance. Leur application dépend de la population. Tout contact épargné est une diminution du risque de transmission qui peut faire la différence, rappelle le porte-parole. Pour que les hôpitaux puissent tenir le coup." On déplorait 42 décès le 14 octobre. En moyenne ces sept derniers jours, 30 personnes sont décédées chaque jour. Soit une augmentation de 89 %.