Le nombre moyen d'infections quotidiennes au Covid-19 poursuit sa hausse, avec 2343 nouveaux cas quotidiens sur la période du 6 au 12 décembre (+8% par rapport à la période de calcul précédente), selon les résultats provisoires présentés mercredi par l'Institut de santé publique Sciensano.
...

Le nombre moyen d'infections quotidiennes au Covid-19 poursuit sa hausse, avec 2343 nouveaux cas quotidiens sur la période du 6 au 12 décembre (+8% par rapport à la période de calcul précédente), selon les résultats provisoires présentés mercredi par l'Institut de santé publique Sciensano.On peut voir depuis plusieurs jours que le nombre d'infections augmentent, une légère augmentation qui se marque dans la répartition par province. Contrairement aux chiffre de la semaine dernière, plus aucune province ne connait une baisse répétée et marquée du nombre de contaminations. Bruxelles (-9%) et la province du Luxembourg (-11%) voient leurs contaminations baisser, tandis qu'elles tendent à se stabiliser en Brabant Flamand (-6%), dans le Hainaut (+5%), en Brabant wallon (-2%) et en province de Liège (-3%). Les contaminations ont enfin tendance à augmenter dans la majorité des provinces flamandes (+13% à Anvers, +11% en Flandre occidentale, +13% en Flandre orientale, +12% dans le Limbourg) et en province de Namur (+13%).Le nombre de tests reste stable depuis près de 4 semaines: on constate une légère une augmentation de 8.1 % par rapport à la moyenne des sept jours précédents pour atteindre 32.213 tests par jour.Passez votre souris sur la légende en dessous du graphique pour voir votre province uniquement.Le taux de reproduction du virus (R0) est estimé à 0,97 pour le pays (entre le et le 14 décembre), et a à nouveau dépassé le seuil fatidique de 1 dans six provinces: en province d'Anvers, dans le Hainaut, dans le Limbourg, en province de Namur, en Flandre orientale et en Flandre occidentale. Le R0 (ou le R effectif) désigne le taux de reproduction d'un virus. Il s'agit du nombre moyen de nouveaux cas causés par une personne infectée dans une population sans immunité. Un taux supérieur à 1 signifie qu'une personne contaminée en contamine en moyenne plus d'une autre et donc que l'épidémie progresse.La baisse du taux de positivité, c'est-à-dire la proportion de tests positifs par rapport au total, semble également ralentir. Le chiffre semble même faire du surplace depuis quelques jours. Le taux de positivité est toujours de 8,1% (-0,7%) à l'échelle de la Belgique. Difficile cependant de mesurer l'impact sur ce chiffre du changement de stratégie de testing fin novembre suite auquel les personnes asymptomatiques pouvaient à nouveau être testées.Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le taux de positivité ne devrait pas dépasser 5 % pendant au moins deux semaines afin de pouvoir considérer que l'épidémie est sous contrôle. Notre gouvernement parle de 3 % pour pouvoir parler d'assouplissement.La carte ci-dessous indique le nombre d'infections pour 100.000 habitants par commune au cours des deux dernières semaines: plus il y a d'infections enregistrées, plus la couleur de la commune vire vers le rouge foncé. Il ne s'agit pas du nombre de cas mais de l'incidence. L'incidence prend en compte la population dans son calcul.Depuis début septembre, l'Institut fédéral de santé Sciensano diffuse l'incidence sur les 14 derniers jours. Un chiffre de 1 000 signifie par exemple que 1 % de la population a été infectée au cours des 14 derniers jours. Quatre communes dépassent encore le seuil des 1000 et comptent donc plus de 1% de cas positifs parmi leur population: Léglise, Tenneville, Arendonk et Celles (Tournai).Le seuil d'alerte le plus élevé du Centre européen de contrôle des maladies (ECDC) a été adapté. Il est passé de 240 à 960. En Belgique, six des 581 communes dépassent le nouveau seuil d'alerte européen. 290 se situent en dessous de l'ancien seuil d'alerte qui est 240. Une seule commune ne comptabilise aucun cas de coronavirus dans sa commune. Il s'agit d'Herstappe.