Les admissions restent en dessous du pic de mercredi dernier. Les deux jours à venir indiqueront si les hospitalisations se stabilisent ou non. Par contre, les taux de mortalité continuent à augmenter de manière importante.

La situation reste donc préoccupante, et le nombre de patients en soins intensifs va continuer à augmenter. Les mesures plus strictes en vigueur à partir d'aujourd'hui sont cruciales pour reprendre réellement le contrôle du virus. Il faudra atteindre un plateau et puis diminuer les chiffres de manière persistante et significative. Pour l'instant, les lignes de défense classiques telles que le tracinq et le testing sont beaucoup trop pression. "Le chemin reste au long" ,déclare Yves Van Laethem.

Le mardi 27 octobre, on a atteint le taux le plus important de nouvelles infections : 21953 cas. En moyenne, Sciensano note 15582 contaminations par jour, une hausse de "seulement" 14% par rapport à la semaine d'avant. Si l'on suivait l'ancienne stratégie de testing, ce taux serait de 29%, une hausse plus faible que les dernières semaines.

L'âge moyen des nouveaux cas continue à augmenter : la moitié a plus de 43 ans. Pour les enfants et les moins de 20 ans, Sciensano constate une baisse du nombre de cas, et une stabilisation pour les moins de 20 ans. Chez les plus âgés, les chiffres augmentent, et doublent auprès des plus de 80 ans.

Les hospitalisations continuent à augmenter, mais semblent un peu ralentir ; les hospitalisations doublent tous les 14 jours, la semaine dernière tous les 8 jours. Le 28 octobre, Sciensano a noté un record de 743 nouvelles admissions en une journée. La semaine dernière, il y a eu 665 nouvelles admissions par jour.

Au niveau des provinces, le Hainaut, Liège et Bruxelles sont responsables de la moitié des nouvelles hospitalisations, suivis de la Flandre-Occidentale. Il y a aujourd'hui 6823 patients Covid hospitalisés, dont 1223 en intensifs, pratiquement le pic de la première vague le 8 avril.

"Le nombre de patients en soins intensifs double tous les 10 jours, ce qui est un léger ralentissement, même si la pression sur les hôpitaux reste extrêmement intense. Ce ralentissement devrait toutefois permettre aux hôpitaux de rester sous la capacité maximale de 2000 lits et donner plus de chances au secteur hospitalier de s'organiser", explique Van Laethem.

Les décès continuent d'augmenter : la semaine dernière Sciensano a noté 113 décès par jour, soit une hausse de 164% par rapport aux semaines précédentes, et un doublement tous les cinq jours. Le 30 octobre : Sciensano a déploré 158 décès en une journée, soit à peu près la moitié du pic de la première vague, (312 décès la journée du 8 avril).

Les admissions restent en dessous du pic de mercredi dernier. Les deux jours à venir indiqueront si les hospitalisations se stabilisent ou non. Par contre, les taux de mortalité continuent à augmenter de manière importante. La situation reste donc préoccupante, et le nombre de patients en soins intensifs va continuer à augmenter. Les mesures plus strictes en vigueur à partir d'aujourd'hui sont cruciales pour reprendre réellement le contrôle du virus. Il faudra atteindre un plateau et puis diminuer les chiffres de manière persistante et significative. Pour l'instant, les lignes de défense classiques telles que le tracinq et le testing sont beaucoup trop pression. "Le chemin reste au long" ,déclare Yves Van Laethem. Le mardi 27 octobre, on a atteint le taux le plus important de nouvelles infections : 21953 cas. En moyenne, Sciensano note 15582 contaminations par jour, une hausse de "seulement" 14% par rapport à la semaine d'avant. Si l'on suivait l'ancienne stratégie de testing, ce taux serait de 29%, une hausse plus faible que les dernières semaines.L'âge moyen des nouveaux cas continue à augmenter : la moitié a plus de 43 ans. Pour les enfants et les moins de 20 ans, Sciensano constate une baisse du nombre de cas, et une stabilisation pour les moins de 20 ans. Chez les plus âgés, les chiffres augmentent, et doublent auprès des plus de 80 ans. Les hospitalisations continuent à augmenter, mais semblent un peu ralentir ; les hospitalisations doublent tous les 14 jours, la semaine dernière tous les 8 jours. Le 28 octobre, Sciensano a noté un record de 743 nouvelles admissions en une journée. La semaine dernière, il y a eu 665 nouvelles admissions par jour.Au niveau des provinces, le Hainaut, Liège et Bruxelles sont responsables de la moitié des nouvelles hospitalisations, suivis de la Flandre-Occidentale. Il y a aujourd'hui 6823 patients Covid hospitalisés, dont 1223 en intensifs, pratiquement le pic de la première vague le 8 avril."Le nombre de patients en soins intensifs double tous les 10 jours, ce qui est un léger ralentissement, même si la pression sur les hôpitaux reste extrêmement intense. Ce ralentissement devrait toutefois permettre aux hôpitaux de rester sous la capacité maximale de 2000 lits et donner plus de chances au secteur hospitalier de s'organiser", explique Van Laethem.Les décès continuent d'augmenter : la semaine dernière Sciensano a noté 113 décès par jour, soit une hausse de 164% par rapport aux semaines précédentes, et un doublement tous les cinq jours. Le 30 octobre : Sciensano a déploré 158 décès en une journée, soit à peu près la moitié du pic de la première vague, (312 décès la journée du 8 avril).