La semaine dernière, quatre résidents et un membre de personnel d'une maison de repos à Borsbeek, en province d'Anvers, ont été testés positifs au coronavirus. Trois d'entre eux étaient positifs au variant indien. Un résident, complètement vacciné et infecté par le variant indien, est malheureusement décédé.
...

La semaine dernière, quatre résidents et un membre de personnel d'une maison de repos à Borsbeek, en province d'Anvers, ont été testés positifs au coronavirus. Trois d'entre eux étaient positifs au variant indien. Un résident, complètement vacciné et infecté par le variant indien, est malheureusement décédé. "Nous savons depuis hier soir, grâce à des prélèvements aléatoires sur des patients, qu'il y a 19 autres cas dans notre pays, à Anvers et à Bruxelles. Nous pouvons relier la moitié d'entre eux à des voyages en Inde, mais pas l'autre moitié. Cela signifie que le variant circule", déclare le virologue Johan Neyts (KuLeuven) à la VRT. Il indique que ces contaminations n'ont rien à voir avec les 20 étudiants indiens infirmiers arrivés en Belgique en avril, et infectés par le variant indien. "Ils sont tous en quarantaine".Plus contagieux Neyts souligne que seuls 5 à 10% des échantillons de personnes positives font l'objet d'une analyse plus poussée pour détecter le type de variant. "De temps, en temps, on détecte le variant indien. Ces échantillons ont relevé la présence de 19 cas. On ne dirait pas qu'il soit plus pathogène. Le problème, c'est évidemment que plus il y a de personnes contaminées, plus il y a des personnes qui tombent malades et risquent de décéder", ajoute-t-il. Le variant indien serait toutefois plus contagieux (de l'ordre de 15%) que le variant britannique, déjà plus contagieux que le coronavirus "classique".Une protection de base Les vaccins actuels offrent une protection de base contre tous les variants. Vous pouvez optimiser cela en adaptant le vaccin, ce que nous faisons avec les vaccins contre la grippe. Pour cette première rencontre avec le virus, un ajustement annuel sera toutefois nécessaire", explique le virologue Marc Van Ranst à la VRT.Pour le cas de la maison de repos de Borsbeek où les résidents étaient complètement vaccinés, Neyts rappelle que sans vaccin le variant indien s'y serait répandu comme une traînée de poudre. "C'est douloureux, c'est un drame pour la famille du patient décédé, mais ça s'explique probablement par le fait que les vaccins ne fonctionnent pas à 100% pour tout le monde".Lundi, le laboratoire allemand BioNTech a indiqué qu'il tablait sur l'efficacité de son vaccin anti-Covid contre les variants du coronavirus, estimant qu'aucune étude ne plaide à ce stade pour la nécessité d'une nouvelle formule. Il souligne toutefois qu'il développe "une stratégie complète pour faire face à ces variants si le besoin s'en faisait sentir à l'avenir".