En place depuis juin dernier pour les lieux pouvant accueillir jusqu'à 200 spectateurs, le dispositif "COVID Infrastructure Risk Model" (CIRM) consiste en une checklist permettant à l'exploitant d'une infrastructure de passer au crible les risques liés au Covid-19 dans son établissement. Par rapport au CST, cette solution présente le désavantage de restreindre les jauges de public à cause de la distanciation sociale et du port du masque.

Cependant, selon la fédération, le CST a également ses défauts. "Dans ce cas-là, puisque les conditions de la vente changent, nous devons mettre en place une politique d'information à l'attention des spectateurs ayant déjà acheté leurs places et proposer un potentiel remboursement", explique la fédération. "Le CST a donc également un coût : organisation administrative et perte de recettes, pour lequel nous n'avons, là non plus, aucune garantie de compensation".

La fédération appliquera donc le dispositif CIRM durant l'entièreté du mois de septembre tout en espérant des changements pour le 1er octobre. "Nous souhaitons disposer de mesures claires, applicables à tous et définies à l'avance pour que nous ayons un minimum de temps pour les transposer et informer nos publics", conclut la FEAS.

En place depuis juin dernier pour les lieux pouvant accueillir jusqu'à 200 spectateurs, le dispositif "COVID Infrastructure Risk Model" (CIRM) consiste en une checklist permettant à l'exploitant d'une infrastructure de passer au crible les risques liés au Covid-19 dans son établissement. Par rapport au CST, cette solution présente le désavantage de restreindre les jauges de public à cause de la distanciation sociale et du port du masque. Cependant, selon la fédération, le CST a également ses défauts. "Dans ce cas-là, puisque les conditions de la vente changent, nous devons mettre en place une politique d'information à l'attention des spectateurs ayant déjà acheté leurs places et proposer un potentiel remboursement", explique la fédération. "Le CST a donc également un coût : organisation administrative et perte de recettes, pour lequel nous n'avons, là non plus, aucune garantie de compensation". La fédération appliquera donc le dispositif CIRM durant l'entièreté du mois de septembre tout en espérant des changements pour le 1er octobre. "Nous souhaitons disposer de mesures claires, applicables à tous et définies à l'avance pour que nous ayons un minimum de temps pour les transposer et informer nos publics", conclut la FEAS.