Un an après le début de l'épidémie de Covid-19 en Belgique, la Croix-Rouge de Belgique s'est intéressée à l'impact psycho-social et financier de celle-ci sur la population, et les résultats laissent pantois. Près de 9 Belges sur 10 rapportent faire face à des difficultés financières, des troubles psychologiques, une période de chômage temporaire ou une perte d'emploi.

Augmentation globale de l'aide alimentaire

Près d'un quart des Belges (22,9 %) déclare avoir dû se tourner vers une gamme de produits de première nécessité et des denrées alimentaires moins chères que celles auxquelles ils sont habitués, un chiffre qui monte à 33,1% chez les répondants de moins de 34 ans.

Sur le terrain, la Croix-Rouge de Belgique a constaté une augmentation globale de 32 % de l'aide alimentaire délivrée dans ses 65 points de distribution, celle-ci ayant même été multipliée par cinq par endroits.

L'emploi des jeunes en prend un coup

Plus d'un quart des Belges de moins de 34 ans déclare faire face à une période de chômage temporaire (27 %), et plus d'un belge sur dix âgé de moins de 34 ans (12,3 %) est confronté à une perte d'emploi.

Les restrictions sociales plombent le moral

L'enquête se penche également sur les éléments ayant le plus d'impact sur le moral des Belges. À la première place, on retrouve les restrictions sociales(61,1 %), loin devant tous les autres. Chez les plus de 55 ans, ce chiffre atteint même les deux tiers (66,8 %). La maladie se glisse à la deuxième place (9 %), tandis les difficultés financières suivent de très près (8,2 %).

Un an après le début de l'épidémie de Covid-19 en Belgique, la Croix-Rouge de Belgique s'est intéressée à l'impact psycho-social et financier de celle-ci sur la population, et les résultats laissent pantois. Près de 9 Belges sur 10 rapportent faire face à des difficultés financières, des troubles psychologiques, une période de chômage temporaire ou une perte d'emploi.Près d'un quart des Belges (22,9 %) déclare avoir dû se tourner vers une gamme de produits de première nécessité et des denrées alimentaires moins chères que celles auxquelles ils sont habitués, un chiffre qui monte à 33,1% chez les répondants de moins de 34 ans.Sur le terrain, la Croix-Rouge de Belgique a constaté une augmentation globale de 32 % de l'aide alimentaire délivrée dans ses 65 points de distribution, celle-ci ayant même été multipliée par cinq par endroits.L'emploi des jeunes en prend un coupPlus d'un quart des Belges de moins de 34 ans déclare faire face à une période de chômage temporaire (27 %), et plus d'un belge sur dix âgé de moins de 34 ans (12,3 %) est confronté à une perte d'emploi.Les restrictions sociales plombent le moralL'enquête se penche également sur les éléments ayant le plus d'impact sur le moral des Belges. À la première place, on retrouve les restrictions sociales(61,1 %), loin devant tous les autres. Chez les plus de 55 ans, ce chiffre atteint même les deux tiers (66,8 %). La maladie se glisse à la deuxième place (9 %), tandis les difficultés financières suivent de très près (8,2 %).