Il y a, ce lundi, 1.302 patients atteints de coronavirus en soins intensifs dans notre pays. C'est un nouveau et triste record: au cours de la première vague, 1.285 patients étaient en soins intensifs au moment le plus fort, le 8 avril.

"Les chiffres vont continuer à augmenter pendant un certain temps", explique le virologue Steven Van Gucht à VTM. Mais il y a aussi des tendances encourageantes: "Le nombre d'infections continue d'augmenter, mais pas aussi rapidement. Et le nombre d'hospitalisations augmente également moins vite - la semaine dernière, nous avons connu un pic avec 743 admissions mercredi, mais depuis, nous sommes restés en dessous de ce chiffre. Cependant, nous ne sommes pas encore sûrs que cela restera ainsi", dit-il.

"Les chiffres de demain et après-demain vont être très importants. S'il s'avère que le nombre d'hospitalisations commence à atteindre un pic, alors je pense que nous pourrons rester sous le plafond maximum de 2 000 lits en soins intensifs".

Il y a, ce lundi, 1.302 patients atteints de coronavirus en soins intensifs dans notre pays. C'est un nouveau et triste record: au cours de la première vague, 1.285 patients étaient en soins intensifs au moment le plus fort, le 8 avril."Les chiffres vont continuer à augmenter pendant un certain temps", explique le virologue Steven Van Gucht à VTM. Mais il y a aussi des tendances encourageantes: "Le nombre d'infections continue d'augmenter, mais pas aussi rapidement. Et le nombre d'hospitalisations augmente également moins vite - la semaine dernière, nous avons connu un pic avec 743 admissions mercredi, mais depuis, nous sommes restés en dessous de ce chiffre. Cependant, nous ne sommes pas encore sûrs que cela restera ainsi", dit-il. "Les chiffres de demain et après-demain vont être très importants. S'il s'avère que le nombre d'hospitalisations commence à atteindre un pic, alors je pense que nous pourrons rester sous le plafond maximum de 2 000 lits en soins intensifs".