La proposition est venue de CD&V, qui à l'origine voulait seulement changer le nom de la rue Cyriel Verschaeve, situé à Marke. Le CD&V jugeait inapproprié qu'une rue porte le nom de ce poète-prêtre nationaliste flamand collaborateur pendant la Seconde Guerre mondiale. Condamné à mort par contumace, ce dernier passa ses dernières années en Allemagne et en Autriche.
...

La proposition est venue de CD&V, qui à l'origine voulait seulement changer le nom de la rue Cyriel Verschaeve, situé à Marke. Le CD&V jugeait inapproprié qu'une rue porte le nom de ce poète-prêtre nationaliste flamand collaborateur pendant la Seconde Guerre mondiale. Condamné à mort par contumace, ce dernier passa ses dernières années en Allemagne et en Autriche. C'est pourtant le CD&V (alors CVP) lui-même qui avait choisi ce nom dans les années 70. "Nous faisons notre mea culpa. C'était surtout à l'époque une vision littéraire. C'était une autre mentalité, mais bien sûr, l'histoire ne s'arrête pas là ", a déclaré Hannelore Vanhoenacker, chef du groupe CD&V. La proposition est venue sur la table à la suite de la série 'Children of the Resistance' (Les enfants de la résistance) diffusée sur la chaine flamande Canvas. "La série a de plus en plus montré qu'il n'est plus approprié d'honorer les collaborateurs avec un nom de rue aujourd'hui ", explique Vanhoenacker. La N-VA a également déposé un amendement pour abolir l'avenue Roi Léopold II, à Heule, en réponse aux horreurs commises au Congo sous la domination coloniale de Léopold II : "Si vous considérez les noms de rues comme un hommage, et que vous ne voulez pas le faire pour un collaborateur, vous ne le faites pas non plus pour l'assassin de masse Léopold II", a déclaré le conseiller municipal de Culture Axel Ronse (N-VA). Le Vlaams Belang a refusé de voter et a demandé à ce qu'une enquête soit réalisée auprès des habitants des rues concernées avant que les changements de nom ne soient mis en oeuvre. "Surtout pour les entreprises qui y sont implantées, cela implique beaucoup de dépenses et de paperasserie ", explique Wouter Vermeersch, chef du groupe. La proposition a été rejetée.Le comité des noms de rues va maintenant élaborer deux nouveaux noms de rues qui seront soumis aux résidents concernés par le biais d'une enquête publique.