Depuis le début de l'épidémie de coronavirus, 106 personnes résidant en "maisons de repos", "maisons de repos et de soins", Résidences-services, court séjour, établissements d'hébergement pour personnes en situation de handicap, maisons de soins psychiatriques ou en hébergements non agréés ont perdu la vie, a tenu à préciser mercredi soir Stéphanie Wilmet, la porte-parole de la ministre wallonne de la Santé Christie Morreale.

Le député cdH Georges Dallemagne rapportait mercredi qu'un mort sur trois en Wallonie était un résident de maisons de repos. "Or c'est de tout le secteur résidentiel de soins dont il est question", souligne Mme Wilmet.

Celle-ci stipule également qu'il n'est nullement question d'un rapport de l'Aviq (Agence wallonne pour une vie de qualité), comme le laissait entendre M. Dallemagne, mais bien d'un monitoring de travail mis en place la semaine dernière après les recommandations du RMG (Risk Management Group) du SPF Santé publique. "Un document confidentiel qu'on ne souhaitait pas rendre public" pour l'instant, notamment car incomplet jusqu'il y a peu. "Une communication des chiffres est envisagée", note-t-elle.

M. Dallemagne parlait, quant à lui, d'un document existant depuis 24 heures, transmis mardi aux autorités fédérales.

"Je reçois des informations selon lesquelles la situation est hors de contrôle dans certaines maisons de repos", a ajouté l'élu, également médecin. "On sous-estime largement la situation."

"Il va aussi falloir venir avec un soutien très important au personnel, dont une partie devra probablement être placée en quarantaine. J'en appelle à la mise en place d'un plan mobilisant le Protection civile, la Croix-Rouge et la Défense." Le député plaide également pour réorienter vers les maisons de repos des personnes qui se sont portées volontaires dans les hôpitaux.

Une enveloppe de 12,3 millions d'euros a notamment été dégagée pour les 602 maisons de repos de Wallonie, a en outre rétorqué la porte-parole de la ministre. Cet argent "doit notamment permettre aux établissements de faire des achats d'équipements complémentaires, d'engager du personnel complémentaire, de désinfecter et d'aménager les locaux, etc". Une "bonne partie" des 2,2 millions de masques reçus en Wallonie ont par ailleurs été envoyés aux maisons de repos, souligne-t-elle encore.

Enfin, Stéphanie Wilmet rappelle que la Wallonie a décidé de demander un certificat de non-contagion pour toute entrée ou retour - après une hospitalisation - de seniors dans une maison de repos. "Toutefois, au vu de la situation tendue dans laquelle se trouve les hôpitaux, le fédéral cherche activement, avec notre appui, des pistes pour mettre en place des zones de décontamination", a-t-elle enfin précisé.

Depuis le début de l'épidémie de coronavirus, 106 personnes résidant en "maisons de repos", "maisons de repos et de soins", Résidences-services, court séjour, établissements d'hébergement pour personnes en situation de handicap, maisons de soins psychiatriques ou en hébergements non agréés ont perdu la vie, a tenu à préciser mercredi soir Stéphanie Wilmet, la porte-parole de la ministre wallonne de la Santé Christie Morreale.Le député cdH Georges Dallemagne rapportait mercredi qu'un mort sur trois en Wallonie était un résident de maisons de repos. "Or c'est de tout le secteur résidentiel de soins dont il est question", souligne Mme Wilmet. Celle-ci stipule également qu'il n'est nullement question d'un rapport de l'Aviq (Agence wallonne pour une vie de qualité), comme le laissait entendre M. Dallemagne, mais bien d'un monitoring de travail mis en place la semaine dernière après les recommandations du RMG (Risk Management Group) du SPF Santé publique. "Un document confidentiel qu'on ne souhaitait pas rendre public" pour l'instant, notamment car incomplet jusqu'il y a peu. "Une communication des chiffres est envisagée", note-t-elle. M. Dallemagne parlait, quant à lui, d'un document existant depuis 24 heures, transmis mardi aux autorités fédérales."Je reçois des informations selon lesquelles la situation est hors de contrôle dans certaines maisons de repos", a ajouté l'élu, également médecin. "On sous-estime largement la situation." "Il va aussi falloir venir avec un soutien très important au personnel, dont une partie devra probablement être placée en quarantaine. J'en appelle à la mise en place d'un plan mobilisant le Protection civile, la Croix-Rouge et la Défense." Le député plaide également pour réorienter vers les maisons de repos des personnes qui se sont portées volontaires dans les hôpitaux.Une enveloppe de 12,3 millions d'euros a notamment été dégagée pour les 602 maisons de repos de Wallonie, a en outre rétorqué la porte-parole de la ministre. Cet argent "doit notamment permettre aux établissements de faire des achats d'équipements complémentaires, d'engager du personnel complémentaire, de désinfecter et d'aménager les locaux, etc". Une "bonne partie" des 2,2 millions de masques reçus en Wallonie ont par ailleurs été envoyés aux maisons de repos, souligne-t-elle encore. Enfin, Stéphanie Wilmet rappelle que la Wallonie a décidé de demander un certificat de non-contagion pour toute entrée ou retour - après une hospitalisation - de seniors dans une maison de repos. "Toutefois, au vu de la situation tendue dans laquelle se trouve les hôpitaux, le fédéral cherche activement, avec notre appui, des pistes pour mettre en place des zones de décontamination", a-t-elle enfin précisé.