L'Université d'Anvers, en collaboration avec l'Université catholique de Louvain et l'Université libre de Bruxelles, a interrogé 1.376 prestataires de soins au sujet de l'utilisation des équipements de protection dans le cadre de la pandémie de coronavirus.

Matériel (in)approprié

Des cas concrets étaient ainsi présentés aux soignants, qui devaient sélectionner le matériel de protection approprié. "Nous avons remarqué que 23% des prestataires de soins employaient trop peu d'équipements de protection par rapport aux directives de Sciensano et que 56% en utilisaient trop", expose le Dr Filip Haegdorens, de l'Université d'Anvers. En outre, "il est frappant de constater que 11% des prestataires de soins Covid-19 ont indiqué ne pas savoir quel matériel utiliser."

L'objectif de cette étude était d'obtenir un aperçu des besoins actuels des prestataires de soins dans les hôpitaux, dans les centres de soins résidentiels et dans les soins à domicile dans le cadre du coronavirus. Selon le Dr Haegdorens, la grande majorité des soignants qui s'occupent de patients Covid-19 disposent de suffisamment d'équipements de protection. "Nous constatons une évolution positive par rapport aux résultats du mois de mai", indique-t-il.

La capacité de dépistage a également augmenté par rapport au mois de mai, bien que 15% des prestataires de soins de santé ne s'estiment pas toujours en mesure de tester tous les patients potentiellement infectés, soit en raison de l'absence d'une prescription médicale, soit par manque d'écouvillons ou d'autre matériel de dépistage. L'étude révèle que le manque de matériel de dépistage s'est principalement manifesté dans le secteur des soins à domicile.

L'Université d'Anvers, en collaboration avec l'Université catholique de Louvain et l'Université libre de Bruxelles, a interrogé 1.376 prestataires de soins au sujet de l'utilisation des équipements de protection dans le cadre de la pandémie de coronavirus. Des cas concrets étaient ainsi présentés aux soignants, qui devaient sélectionner le matériel de protection approprié. "Nous avons remarqué que 23% des prestataires de soins employaient trop peu d'équipements de protection par rapport aux directives de Sciensano et que 56% en utilisaient trop", expose le Dr Filip Haegdorens, de l'Université d'Anvers. En outre, "il est frappant de constater que 11% des prestataires de soins Covid-19 ont indiqué ne pas savoir quel matériel utiliser." L'objectif de cette étude était d'obtenir un aperçu des besoins actuels des prestataires de soins dans les hôpitaux, dans les centres de soins résidentiels et dans les soins à domicile dans le cadre du coronavirus. Selon le Dr Haegdorens, la grande majorité des soignants qui s'occupent de patients Covid-19 disposent de suffisamment d'équipements de protection. "Nous constatons une évolution positive par rapport aux résultats du mois de mai", indique-t-il. La capacité de dépistage a également augmenté par rapport au mois de mai, bien que 15% des prestataires de soins de santé ne s'estiment pas toujours en mesure de tester tous les patients potentiellement infectés, soit en raison de l'absence d'une prescription médicale, soit par manque d'écouvillons ou d'autre matériel de dépistage. L'étude révèle que le manque de matériel de dépistage s'est principalement manifesté dans le secteur des soins à domicile.