Cet arrêté est inapplicable dans la mesure où il s'adresse à des personnes qu'on ne peut même pas identifier", a réagi M. De Wolf, dont la commune partage la zone de police Montgomery avec Woluwe-Saint-Lambert et Woluwe-Saint-Pierre. Il plaide pour une réunion rapide des 19 bourgmestres de Bruxelles.

Alors qu'un deuxième cas d'infection au coronavirus a été enregistré en Belgique, le bourgmestre de Woluwe-Saint-Lambert, Olivier Maingain, a pris un arrêté de police interdisant l'accès aux établissements scolaires, crèches, maisons de repos, centres sportifs, bibliothèques, centres culturels, lieux de spectacle, bâtiments de l'administration communale ou de tout service public sis dans la commune bruxelloise, à toute personne revenant d'un voyage privé ou professionnel dans une zone à haut risque de contamination pendant les 14 jours suivant son retour en Belgique.

Pour Vincent De Wolf, "cet arrêté va susciter la panique et l'angoisse au sein de la population. Le coronavirus est un problème de santé publique fédérale et mondiale, prendre un arrêté au niveau communal est grotesque", a-t-il poursuivi.

Le bourgmestre d'Etterbeek invite en conséquence la Haute fonctionnaire bruxelloise, Viviane Scholliers, en charge de la sécurité civile et des plans d'urgence, à prendre rapidement toutes les actions utiles à la coordination sereine des communes, en collaboration avec le ministre-président bruxellois. "Dans ce cadre, une réunion rapide des 19 bourgmestres est souhaitable afin de définir, dans l'intérêt de la population, les mesures proportionnées, raisonnables et conformes aux avis sanitaires", a conclu M. De Wolf.

De Wolf Vincent is Deputy at the brussels parliament and at the CFWB and Mayor of the city of Etterbeek | De Wolf Vincent est depute bruxelloise et a la communaute francaise. 14/10/2018, ISOPIX
De Wolf Vincent is Deputy at the brussels parliament and at the CFWB and Mayor of the city of Etterbeek | De Wolf Vincent est depute bruxelloise et a la communaute francaise. 14/10/2018 © ISOPIX

"C'est une mesure totalement disproportionnée", a également affirmé à la presse la ministre de la Santé à l'issue d'une réunion du conseil ministériel restreint ("kern") à Bruxelles. Mme De Block (Open Vld) a mis cette mesure sur le compte de l'"activisme politique".

Un comité de concertation d'urgence convoqué par le Première ministre Sophie Wilmès (MR) réunira les ministres du gouvernement fédéral et des Communautés et Régions à partir de 08h00 pour examiner les mesures à prendre face à la crise du coronavirus, a-t-on appris de source gouvernementale.

Dans la foulée, M. Vervoort (PS) tiendra une réunion extraordinaire du Conseil régional de sécurité, a-t-il indiqué sur Twitter. Le "Cores", qui rassemble les bourgmestres des 19 communes et les chefs de corps bruxellois, fera le point quant aux éventuelles mesures à prendre.

Cet arrêté est inapplicable dans la mesure où il s'adresse à des personnes qu'on ne peut même pas identifier", a réagi M. De Wolf, dont la commune partage la zone de police Montgomery avec Woluwe-Saint-Lambert et Woluwe-Saint-Pierre. Il plaide pour une réunion rapide des 19 bourgmestres de Bruxelles.Alors qu'un deuxième cas d'infection au coronavirus a été enregistré en Belgique, le bourgmestre de Woluwe-Saint-Lambert, Olivier Maingain, a pris un arrêté de police interdisant l'accès aux établissements scolaires, crèches, maisons de repos, centres sportifs, bibliothèques, centres culturels, lieux de spectacle, bâtiments de l'administration communale ou de tout service public sis dans la commune bruxelloise, à toute personne revenant d'un voyage privé ou professionnel dans une zone à haut risque de contamination pendant les 14 jours suivant son retour en Belgique. Pour Vincent De Wolf, "cet arrêté va susciter la panique et l'angoisse au sein de la population. Le coronavirus est un problème de santé publique fédérale et mondiale, prendre un arrêté au niveau communal est grotesque", a-t-il poursuivi. Le bourgmestre d'Etterbeek invite en conséquence la Haute fonctionnaire bruxelloise, Viviane Scholliers, en charge de la sécurité civile et des plans d'urgence, à prendre rapidement toutes les actions utiles à la coordination sereine des communes, en collaboration avec le ministre-président bruxellois. "Dans ce cadre, une réunion rapide des 19 bourgmestres est souhaitable afin de définir, dans l'intérêt de la population, les mesures proportionnées, raisonnables et conformes aux avis sanitaires", a conclu M. De Wolf."C'est une mesure totalement disproportionnée", a également affirmé à la presse la ministre de la Santé à l'issue d'une réunion du conseil ministériel restreint ("kern") à Bruxelles. Mme De Block (Open Vld) a mis cette mesure sur le compte de l'"activisme politique". Un comité de concertation d'urgence convoqué par le Première ministre Sophie Wilmès (MR) réunira les ministres du gouvernement fédéral et des Communautés et Régions à partir de 08h00 pour examiner les mesures à prendre face à la crise du coronavirus, a-t-on appris de source gouvernementale. Dans la foulée, M. Vervoort (PS) tiendra une réunion extraordinaire du Conseil régional de sécurité, a-t-il indiqué sur Twitter. Le "Cores", qui rassemble les bourgmestres des 19 communes et les chefs de corps bruxellois, fera le point quant aux éventuelles mesures à prendre.