Le Conseil a publié une liste de 14 pays (15 si l'on y ajoute la Chine à qui s'impose une condition de réciprocité) pour lesquels il recommande aux États membres de l'UE et de la zone Schengen de rouvrir, à partir du 1er juillet, les frontières extérieures de l'UE pour les voyages non essentiels. Neuf de ces pays sont toujours dans le "rouge" et cinq autres n'acceptent pas tout ou partie des voyageurs européens, faisait-on remarquer de source ministérielle. Ces pays sont: l'Algérie, l'Australie, le Canada, la Géorgie, le Japon, le Monténégro, le Maroc, la Nouvelle-Zélande, le Rwanda, la Serbie, la Corée du Sud, la Thaïlande, la Tunisie et l'Uruguay.

Neuf de ces pays sont toujours dans le "rouge" et cinq autres n'acceptent pas tout ou partie des voyageurs européens, faisait-on remarquer de source ministérielle.

"Après tous les efforts fournis par la population, nous avons joué le principe de prudence et de précaution", a expliqué le ministre des Affaires étrangères, Philippe Goffin.

Certes, la Belgique aurait pu accepter 5 pays mais ceux-ci ne pratiquent pas la réciprocité, que ce soit à l'égard des Belges ou d'autres nationalités. Par souci de "clarté", le royaume s'assurera donc que cette condition soit remplie avant toute réouverture éventuelle de ses frontières à l'égard d'un pays hors UE+.

Les Etats-membres agissent en ordre dispersé face à cette recommandation du Conseil de l'UE. L'Allemagne, la France et les Pays Bas ont pris des décisions différentes. La police mènera des contrôles aléatoires pour s'assurer que des ressortissants admis dans un pays ne se rendent pas en Belgique où ils ne seraient pas admis. Une campagne de prévention et d'information sera menée. Les Affaires étrangères prendront contact avec les opérateurs téléphoniques afin que les traditionnels messages suivant le franchissement d'une frontière se doublent d'une information sur le sujet. Les Régions seront également consultées, pour utiliser les panneaux autoroutiers, à cette fin ainsi que les communes.

La Cellule d'évaluation (Celeval) mise en place dans le cadre de la gestion de la pandémie procédera à une évaluation régulière de cette liste en tenant compte des chiffres épidémiologiques et des régions qui seraient (re)mises en confinement.

Pour ce qui est de la quarantaine qu'ont préconisée certains virologues à propos des voyageurs revenant de zones contaminées, il s'agit d'une compétence régionale, a-t-on fait remarquer. Une conférence interministérielle de la santé sera organisée sur le sujet mardi avant un comité de concertation mercredi afin d'appliquer les mêmes règles sur l'ensemble du territoire.

Le Conseil a publié une liste de 14 pays (15 si l'on y ajoute la Chine à qui s'impose une condition de réciprocité) pour lesquels il recommande aux États membres de l'UE et de la zone Schengen de rouvrir, à partir du 1er juillet, les frontières extérieures de l'UE pour les voyages non essentiels. Neuf de ces pays sont toujours dans le "rouge" et cinq autres n'acceptent pas tout ou partie des voyageurs européens, faisait-on remarquer de source ministérielle. Ces pays sont: l'Algérie, l'Australie, le Canada, la Géorgie, le Japon, le Monténégro, le Maroc, la Nouvelle-Zélande, le Rwanda, la Serbie, la Corée du Sud, la Thaïlande, la Tunisie et l'Uruguay. Neuf de ces pays sont toujours dans le "rouge" et cinq autres n'acceptent pas tout ou partie des voyageurs européens, faisait-on remarquer de source ministérielle."Après tous les efforts fournis par la population, nous avons joué le principe de prudence et de précaution", a expliqué le ministre des Affaires étrangères, Philippe Goffin. Certes, la Belgique aurait pu accepter 5 pays mais ceux-ci ne pratiquent pas la réciprocité, que ce soit à l'égard des Belges ou d'autres nationalités. Par souci de "clarté", le royaume s'assurera donc que cette condition soit remplie avant toute réouverture éventuelle de ses frontières à l'égard d'un pays hors UE+. Les Etats-membres agissent en ordre dispersé face à cette recommandation du Conseil de l'UE. L'Allemagne, la France et les Pays Bas ont pris des décisions différentes. La police mènera des contrôles aléatoires pour s'assurer que des ressortissants admis dans un pays ne se rendent pas en Belgique où ils ne seraient pas admis. Une campagne de prévention et d'information sera menée. Les Affaires étrangères prendront contact avec les opérateurs téléphoniques afin que les traditionnels messages suivant le franchissement d'une frontière se doublent d'une information sur le sujet. Les Régions seront également consultées, pour utiliser les panneaux autoroutiers, à cette fin ainsi que les communes.La Cellule d'évaluation (Celeval) mise en place dans le cadre de la gestion de la pandémie procédera à une évaluation régulière de cette liste en tenant compte des chiffres épidémiologiques et des régions qui seraient (re)mises en confinement. Pour ce qui est de la quarantaine qu'ont préconisée certains virologues à propos des voyageurs revenant de zones contaminées, il s'agit d'une compétence régionale, a-t-on fait remarquer. Une conférence interministérielle de la santé sera organisée sur le sujet mardi avant un comité de concertation mercredi afin d'appliquer les mêmes règles sur l'ensemble du territoire.