Les bus de la société de transports publics De Lijn affichent un taux d'occupation des véhicules de 25 à 30%, contre 12% au début de la période de confinement, rapporte la porte-parole de la compagnie flamande. Ces chiffres étant bien inférieurs au taux d'occupation précédant la crise du coronavirus, la société de transports dispose d'une capacité suffisante pour accompagner la réouverture partielle des écoles, semble-t-il.

Environ 5% des places étaient occupées dans les trains lors de la période de confinement. Ce chiffre a entre-temps grimpé à 9%, selon le porte-parole de la SNCB. Si la société des chemins de fer comptait encore 90.000 navetteurs par jour ouvrable au début du confinement, ce chiffre a, lui aussi, grimpé à 181.000. Cela ne représente pourtant que 20% du nombre habituel de navetteurs transportés un jour ouvrable par la SNCB.

La SNCB ayant également rouvert une trentaine de guichets, la compagnie dispose actuellement d'une centaine de gares où les guichets sont ouverts selon l'horaire normal. Trente guichets restent néanmoins fermés dans des plus petites gares. La société a également rouvert la plupart des entrées des grandes gares afin de permettre aux navetteurs de correctement respecter les mesures de distanciation sociale.

La Stib a vu le nombre de ses passagers passer de 22 à 28% dans les rames de métro, et à 30% dans le réseau de surface. Les trams et bus de la compagnie fonctionnent à 85% et le métro à 90% de l'offre habituelle. La Stib attend une décision finale quant aux écoles, afin d'éventuellement étendre ses services.

Les trois sociétés de transports indiquent que "la quasi-totalité" des passagers respectent l'obligation du port de masque buccal.

Les bus de la société de transports publics De Lijn affichent un taux d'occupation des véhicules de 25 à 30%, contre 12% au début de la période de confinement, rapporte la porte-parole de la compagnie flamande. Ces chiffres étant bien inférieurs au taux d'occupation précédant la crise du coronavirus, la société de transports dispose d'une capacité suffisante pour accompagner la réouverture partielle des écoles, semble-t-il. Environ 5% des places étaient occupées dans les trains lors de la période de confinement. Ce chiffre a entre-temps grimpé à 9%, selon le porte-parole de la SNCB. Si la société des chemins de fer comptait encore 90.000 navetteurs par jour ouvrable au début du confinement, ce chiffre a, lui aussi, grimpé à 181.000. Cela ne représente pourtant que 20% du nombre habituel de navetteurs transportés un jour ouvrable par la SNCB. La SNCB ayant également rouvert une trentaine de guichets, la compagnie dispose actuellement d'une centaine de gares où les guichets sont ouverts selon l'horaire normal. Trente guichets restent néanmoins fermés dans des plus petites gares. La société a également rouvert la plupart des entrées des grandes gares afin de permettre aux navetteurs de correctement respecter les mesures de distanciation sociale. La Stib a vu le nombre de ses passagers passer de 22 à 28% dans les rames de métro, et à 30% dans le réseau de surface. Les trams et bus de la compagnie fonctionnent à 85% et le métro à 90% de l'offre habituelle. La Stib attend une décision finale quant aux écoles, afin d'éventuellement étendre ses services. Les trois sociétés de transports indiquent que "la quasi-totalité" des passagers respectent l'obligation du port de masque buccal.