A la suite des mesures prises jeudi par le Conseil National de Sécurité sur base des chiffres faisant état d'un possible rebond des contaminations, comme l'extension des prérogatives communales, le bourgmestre de la Ville de Liège, Willy Demeyer, a décidé de prendre une série de mesures complémentaires.

Ainsi, sachant que le port du masque est désormais obligatoire, les contrôles seront renforcés, en plus des commerces, sur les marchés, les brocantes, les foires, les bâtiments publics et lieux publics fortement fréquentés. Par lieux publics fortement fréquentés à Liège, on entend par exemple le Carré, le lieu-dit "Roture" (Outremeuse), la place des Carmes ou encore la place du Marché. Afin de veiller au respect des mesures, ces contrôles viseront également les night shops puisque ceux-ci doivent désormais fermer à 22h.

Le bourgmestre liégeois souhaite également rendre obligatoire le port du masque dans les rues fortement commerciales, notamment dans l'hyper-centre piétonnier qui s'étend sur près de 150.000 m² et où l'on dénombre plus de 1.000 commerces. "Une attention particulière sera également portée aux bars à chicha dont il paraît qu'ils pourraient constituer des foyers potentiels de propagation", précise-ton à la Ville de Liège.

Le bourgmestre estime par ailleurs que les mesures devraient être en cohérence, au moins à l'échelle de l'arrondissement de Liège, en vue de leur bonne compréhension par la population.

Vendredi, Willy Demeyer réunira la cellule de crise communale afin de faire le point sur les mesures particulières qui pourraient être prises au niveau local, à savoir au niveau des lieux fort fréquentés, du tracing dans l'Horeca et du respect des distances dans certains lieux. On évoque par exemple, dans les cafés, le respect d'une distance de 1 m entre les chaises de tables différentes.

Le bourgmestre de Liège confirme en outre le maintien à la charge de la Ville des conteneurs servant notamment de lieux de testing aux abords des trois hôpitaux liégeois.

"Les infractions restant pénales, le bourgmestre aura un nouveau contact avec le parquet quant à l'importance des poursuites pour éviter l'impunité", conclut-on à la Ville de Liège.

A la suite des mesures prises jeudi par le Conseil National de Sécurité sur base des chiffres faisant état d'un possible rebond des contaminations, comme l'extension des prérogatives communales, le bourgmestre de la Ville de Liège, Willy Demeyer, a décidé de prendre une série de mesures complémentaires. Ainsi, sachant que le port du masque est désormais obligatoire, les contrôles seront renforcés, en plus des commerces, sur les marchés, les brocantes, les foires, les bâtiments publics et lieux publics fortement fréquentés. Par lieux publics fortement fréquentés à Liège, on entend par exemple le Carré, le lieu-dit "Roture" (Outremeuse), la place des Carmes ou encore la place du Marché. Afin de veiller au respect des mesures, ces contrôles viseront également les night shops puisque ceux-ci doivent désormais fermer à 22h. Le bourgmestre liégeois souhaite également rendre obligatoire le port du masque dans les rues fortement commerciales, notamment dans l'hyper-centre piétonnier qui s'étend sur près de 150.000 m² et où l'on dénombre plus de 1.000 commerces. "Une attention particulière sera également portée aux bars à chicha dont il paraît qu'ils pourraient constituer des foyers potentiels de propagation", précise-ton à la Ville de Liège. Le bourgmestre estime par ailleurs que les mesures devraient être en cohérence, au moins à l'échelle de l'arrondissement de Liège, en vue de leur bonne compréhension par la population. Vendredi, Willy Demeyer réunira la cellule de crise communale afin de faire le point sur les mesures particulières qui pourraient être prises au niveau local, à savoir au niveau des lieux fort fréquentés, du tracing dans l'Horeca et du respect des distances dans certains lieux. On évoque par exemple, dans les cafés, le respect d'une distance de 1 m entre les chaises de tables différentes. Le bourgmestre de Liège confirme en outre le maintien à la charge de la Ville des conteneurs servant notamment de lieux de testing aux abords des trois hôpitaux liégeois. "Les infractions restant pénales, le bourgmestre aura un nouveau contact avec le parquet quant à l'importance des poursuites pour éviter l'impunité", conclut-on à la Ville de Liège.