Des stades de football plein dès ce week-end, grâce au Corona Safe Ticket. Entièrement vacciné depuis deux semaines, guéri du covid depuis maximum 180 jours, ou testé négatif dans un délai maximum de 48 heures : et les spectateurs peuvent assister à des évènement extérieurs de plus de 1.500 participants, alors exemptés du masque et des distances.

Et profiter de ces libertés à de plus petits événements? Un internaute a posé la question à Conner Rousseau, président du parti socialiste flamand Vooruit, sur Instagram (en interaction publique, via les stories), si on pouvait à nouveau danser aux fêtes du personnel. Pour Rousseau, cela devrait devenir possible, mais de manière sûre.

Il a ensuite confirmé l'information au Standaard : "de nombreuses personnes me disent vouloir organiser des événements avec pass corona, mais ne peuvent pas, car l'événement est trop petit. C'est dommage. Si ça marche à grande échelle, pour quoi ne pas le faire à petite échelle?"

Il ajoute que l'utilisation serait très temporaire et limitée. Le contrôle, à plus petite échelle, serait plus facile. Tout relâcher serait trop dangereux, donc une telle gestion semble être une bonne alternative pour le président de Vooruit.

Les libéraux, néerlandophones comme francophones, y sont opposés. Pour le président du Open-VLD ce serait une pente glissante vers le modèle français, "facile à instaurer, mais plus difficile à enlever par la suite". Pour lui, la campagne de vaccination serait assez avancée, et il suffirait de suivre le plan de déconfinement prévu.

Le modèle proposé par Conner Rousseau suit le modèle luxembourgeois, dans une certaine mesure. Comment est-ce que les autres pays européens gèrent les pass sanitaires?

Lire aussi : Pass sanitaire: tour d'horizon des situations différentes en Europe

Des stades de football plein dès ce week-end, grâce au Corona Safe Ticket. Entièrement vacciné depuis deux semaines, guéri du covid depuis maximum 180 jours, ou testé négatif dans un délai maximum de 48 heures : et les spectateurs peuvent assister à des évènement extérieurs de plus de 1.500 participants, alors exemptés du masque et des distances.Et profiter de ces libertés à de plus petits événements? Un internaute a posé la question à Conner Rousseau, président du parti socialiste flamand Vooruit, sur Instagram (en interaction publique, via les stories), si on pouvait à nouveau danser aux fêtes du personnel. Pour Rousseau, cela devrait devenir possible, mais de manière sûre.Il a ensuite confirmé l'information au Standaard : "de nombreuses personnes me disent vouloir organiser des événements avec pass corona, mais ne peuvent pas, car l'événement est trop petit. C'est dommage. Si ça marche à grande échelle, pour quoi ne pas le faire à petite échelle?"Il ajoute que l'utilisation serait très temporaire et limitée. Le contrôle, à plus petite échelle, serait plus facile. Tout relâcher serait trop dangereux, donc une telle gestion semble être une bonne alternative pour le président de Vooruit.Les libéraux, néerlandophones comme francophones, y sont opposés. Pour le président du Open-VLD ce serait une pente glissante vers le modèle français, "facile à instaurer, mais plus difficile à enlever par la suite". Pour lui, la campagne de vaccination serait assez avancée, et il suffirait de suivre le plan de déconfinement prévu.