Sur les réseaux sociaux, les gens qui ont une maison quatre façades, un vélodrome, un potager, deux lamas, une salle de cinéma, une micro-brasserie, un atelier de lactofermentation et un bois dans le fond de leur jardin géant dans lequel leurs enfants autonomes sautent sur le trampoline en récitant les temps primitifs en néerlandais trouvent qu'en ville, les gens confinés à cinq dans soixante mètres carrés avec comme seule possibilité de prendre l'air, une hotte, sont très indisciplinés.

Vous vous apprêtez à leur dire le fond de votre pensée mais le cadet, que vous avez définitivement renoncé à habiller - ça vous fait des lessives en moins - décide de jouer du tambour. Enfer et damnation, vous l'aviez oublié. Vous lui faites le même coup qu'avec la trompette, vous lui prenez en disant que c'est pour faire un cadeau à un enfant qui a perdu ses parents à cause du méchant virus, il ne veut quand même pas le rendre encore plus triste en le privant de tambour, n'est-ce-pas ? Au moins ça lui fera des choses à raconter en thérapie dans 20 ans.

Vous décidez d'aller à la bulle à verre. Comme tous les jours. C'est votre petit moment à vous, votre parenthèse bien-être. Vous respirez à pleins poumons. C'est pas évident à cause du filtre de hotte que vous avez glissé dans une vieille taie d'oreiller Toy Story attachée derrière votre tête avec un chouchou en velours. Vous ne savez toujours pas coudre de masque.

Vos journées se ressemblent beaucoup. Elles consistent généralement à manger et puis à attendre qu'il soit socialement acceptable de manger à nouveau. Vous ne parlez plus vraiment à la personne qui partage votre vie, à part pour dire "On mange quoi ?", "T'as pas faim ?", "Tu veux regarder quoi ce soir ? " et "C'est le chien ou l'enfant qui a pété ?" Parfois, pour rallumer la flamme entre vous et créer le manque, vous trainez aux toilettes. Le reste du temps, vous faites des lave-vaisselles. A la chaine.

Vous aviez ambitionné un audacieux grand nettoyage de printemps. Il s'est terminé quand vous n'avez pas réussi à remettre les housses de fauteuil qui ont rétréci à la machine. Vous découvrez qu'avec un peu de patience, le ménage a tendance à s'autoréguler. Par exemple le chien finit toujours par manger le vomi du chat. Pourquoi se fouler à le ramasser ?

Vous vérifiez le jour de sortie des poubelles. Demain. Quelle excitation ! Avec un peu de chance vous allez croiser un adulte. Vous vous demandez ce que vous allez porter. Vous finirez quand même par sortir en pyjama. De toute façon, avec votre masque, vous pourriez être Xavier Dupont de Ligonnès, personne ne le remarquerait.

Vos cheveux commencent à pousser bizarrement. Vous ressemblez au fruit des amours d'Évelyne Huytebroeck et Georges-Louis Bouchez. Vu le carnage que vous avez commis sur la tête des enfants, vous hésitez à vous attaquer à la vôtre. Vous découpez une bande de tissu dans votre taie d'oreiller Toy Story et vous l'enfilez comme une cagoule. Et hop, problème réglé.

Vous faites une vidéo de vous en train de danser sur "Las Ketchup" avec votre cagoule et une cuillère en bois et vous l'envoyez à la RTBF. C'est important de participer à l'effort collectif. Vous regardez le JT tous les soirs pour voir si ils la diffusent.

Après, vous hésitez sur le programme. Vous avez le choix entre "Le gendarme de Saint-Tropez ", un inédit de "Joséphine, ange gardien " avec Eve Angeli en guest star, des anciens numéros de "Jardins et Loisirs " et des images de vos voisins qui ont sacrifié une housse de couette pour en faire une bannière sur laquelle ils ont écrit "Les Belges ont la frite" en espérant qu'un animateur RTL leur lance des oeufs de Pâques depuis un hélicoptère.

Sur Twitter, Stéphane Pauwels fait un tuto pour se confectionner un masque avec un slip. Vous trouvez ça pas mal, en fait. La dignité, c'est les jeans. En période de confinement ça sert pas à grand-chose.

Sur les réseaux sociaux, les gens qui ont une maison quatre façades, un vélodrome, un potager, deux lamas, une salle de cinéma, une micro-brasserie, un atelier de lactofermentation et un bois dans le fond de leur jardin géant dans lequel leurs enfants autonomes sautent sur le trampoline en récitant les temps primitifs en néerlandais trouvent qu'en ville, les gens confinés à cinq dans soixante mètres carrés avec comme seule possibilité de prendre l'air, une hotte, sont très indisciplinés.Vous vous apprêtez à leur dire le fond de votre pensée mais le cadet, que vous avez définitivement renoncé à habiller - ça vous fait des lessives en moins - décide de jouer du tambour. Enfer et damnation, vous l'aviez oublié. Vous lui faites le même coup qu'avec la trompette, vous lui prenez en disant que c'est pour faire un cadeau à un enfant qui a perdu ses parents à cause du méchant virus, il ne veut quand même pas le rendre encore plus triste en le privant de tambour, n'est-ce-pas ? Au moins ça lui fera des choses à raconter en thérapie dans 20 ans.Vous décidez d'aller à la bulle à verre. Comme tous les jours. C'est votre petit moment à vous, votre parenthèse bien-être. Vous respirez à pleins poumons. C'est pas évident à cause du filtre de hotte que vous avez glissé dans une vieille taie d'oreiller Toy Story attachée derrière votre tête avec un chouchou en velours. Vous ne savez toujours pas coudre de masque.Vos journées se ressemblent beaucoup. Elles consistent généralement à manger et puis à attendre qu'il soit socialement acceptable de manger à nouveau. Vous ne parlez plus vraiment à la personne qui partage votre vie, à part pour dire "On mange quoi ?", "T'as pas faim ?", "Tu veux regarder quoi ce soir ? " et "C'est le chien ou l'enfant qui a pété ?" Parfois, pour rallumer la flamme entre vous et créer le manque, vous trainez aux toilettes. Le reste du temps, vous faites des lave-vaisselles. A la chaine. Vous aviez ambitionné un audacieux grand nettoyage de printemps. Il s'est terminé quand vous n'avez pas réussi à remettre les housses de fauteuil qui ont rétréci à la machine. Vous découvrez qu'avec un peu de patience, le ménage a tendance à s'autoréguler. Par exemple le chien finit toujours par manger le vomi du chat. Pourquoi se fouler à le ramasser ? Vous vérifiez le jour de sortie des poubelles. Demain. Quelle excitation ! Avec un peu de chance vous allez croiser un adulte. Vous vous demandez ce que vous allez porter. Vous finirez quand même par sortir en pyjama. De toute façon, avec votre masque, vous pourriez être Xavier Dupont de Ligonnès, personne ne le remarquerait. Vos cheveux commencent à pousser bizarrement. Vous ressemblez au fruit des amours d'Évelyne Huytebroeck et Georges-Louis Bouchez. Vu le carnage que vous avez commis sur la tête des enfants, vous hésitez à vous attaquer à la vôtre. Vous découpez une bande de tissu dans votre taie d'oreiller Toy Story et vous l'enfilez comme une cagoule. Et hop, problème réglé.Vous faites une vidéo de vous en train de danser sur "Las Ketchup" avec votre cagoule et une cuillère en bois et vous l'envoyez à la RTBF. C'est important de participer à l'effort collectif. Vous regardez le JT tous les soirs pour voir si ils la diffusent.Après, vous hésitez sur le programme. Vous avez le choix entre "Le gendarme de Saint-Tropez ", un inédit de "Joséphine, ange gardien " avec Eve Angeli en guest star, des anciens numéros de "Jardins et Loisirs " et des images de vos voisins qui ont sacrifié une housse de couette pour en faire une bannière sur laquelle ils ont écrit "Les Belges ont la frite" en espérant qu'un animateur RTL leur lance des oeufs de Pâques depuis un hélicoptère. Sur Twitter, Stéphane Pauwels fait un tuto pour se confectionner un masque avec un slip. Vous trouvez ça pas mal, en fait. La dignité, c'est les jeans. En période de confinement ça sert pas à grand-chose.