A Bruxelles, l'extrême droite se présente ainsi dans 6 communes (Schaerbeek, Jette, Evere, Bruxelles-Ville, Berchem-Sainte-Agathe et Anderlecht), soit 3 de moins qu'en 2012 et 10 de moins qu'en 2006. Le nombre de partis, lui, est passé de 6 en 2006 à 2 cette année (Nation, Vlaams Belang) et les candidats ne sont plus que 102, contre 112 en 2012 et 310 en 2006.

A contre-courant de la tendance générale, à Evere, le nombre de candidats est passé de 12 en 2012 à 35 cette année. En 2006, la commune comptait encore 42 candidats d'extrême droite.

En Wallonie, si le nombre de listes continue à décroître (31 en 2006, 26 en 2012 et 24 cette année), l'extrême droite est présente dans davantage de communes (23). En 2012, elle ne s'était présentée que dans 18 localités alors que 6 ans plus tôt, elle était encore active dans 70 communes. Le nombre de partis, lui, s'est nettement réduit, plusieurs mouvances s'étant regroupées autour d'Agir et de Nation. Quant au nombre de candidats, il est passé de 286 en 2006 à 167 en 2012 pour se réduire à 123 cette année.

Par province, l'extrême droite se présentera, le 14 octobre prochain, dans 11 communes du Hainaut, en hausse de 3 unités par rapport à 2012, avec 12 listes et 94 candidats (contre 15 listes et 132 candidats en 2012) et dans 7 communes liégeoises (+2 par rapport à 2012) avec 7 listes (+2) et 13 candidats (stable par rapport au précédent scrutin communal). Elle se soumettra également au vote des électeurs dans 4 communes namuroises (+1 par rapport à 2012), avec 4 listes et 9 candidats ainsi que dans 1 commune - Saint-Hubert - de la province de Luxembourg (1 liste, 7 candidats). Au sud du pays, seul le Brabant wallon échappe cette fois aux listes d'extrême droite alors qu'en 2012, une liste s'était constituée à Orp-Jauche.

A Bruxelles, l'extrême droite se présente ainsi dans 6 communes (Schaerbeek, Jette, Evere, Bruxelles-Ville, Berchem-Sainte-Agathe et Anderlecht), soit 3 de moins qu'en 2012 et 10 de moins qu'en 2006. Le nombre de partis, lui, est passé de 6 en 2006 à 2 cette année (Nation, Vlaams Belang) et les candidats ne sont plus que 102, contre 112 en 2012 et 310 en 2006. A contre-courant de la tendance générale, à Evere, le nombre de candidats est passé de 12 en 2012 à 35 cette année. En 2006, la commune comptait encore 42 candidats d'extrême droite. En Wallonie, si le nombre de listes continue à décroître (31 en 2006, 26 en 2012 et 24 cette année), l'extrême droite est présente dans davantage de communes (23). En 2012, elle ne s'était présentée que dans 18 localités alors que 6 ans plus tôt, elle était encore active dans 70 communes. Le nombre de partis, lui, s'est nettement réduit, plusieurs mouvances s'étant regroupées autour d'Agir et de Nation. Quant au nombre de candidats, il est passé de 286 en 2006 à 167 en 2012 pour se réduire à 123 cette année. Par province, l'extrême droite se présentera, le 14 octobre prochain, dans 11 communes du Hainaut, en hausse de 3 unités par rapport à 2012, avec 12 listes et 94 candidats (contre 15 listes et 132 candidats en 2012) et dans 7 communes liégeoises (+2 par rapport à 2012) avec 7 listes (+2) et 13 candidats (stable par rapport au précédent scrutin communal). Elle se soumettra également au vote des électeurs dans 4 communes namuroises (+1 par rapport à 2012), avec 4 listes et 9 candidats ainsi que dans 1 commune - Saint-Hubert - de la province de Luxembourg (1 liste, 7 candidats). Au sud du pays, seul le Brabant wallon échappe cette fois aux listes d'extrême droite alors qu'en 2012, une liste s'était constituée à Orp-Jauche.