L'autre jour, à la télé ( Jeudi en prime, RTBF), se sentant agressée par une question maladroite (" Etes-vous croyante ? "), Zakia Khattabi, coprésidente d'Ecolo, s'est défendue d'un " quelconque communautarisme ". A Verviers, certains en doutent. Après le départ de la cheffe de file, Pauline Dumoulin, le retrait en septembre dernier de la tête de liste Paul Fauconnier (condamné, le 2 mars, à une peine de deux ans de prison avec sursis probatoire pour attentats à la pudeur et viol sur une mineure âgée de 15 ans au moment des faits), la non-désignation du seul poids lourd de la section, Freddy Joris, ancien directeur de l'Institut du patrimoine wallon, voici que Hajib El Hajjaji revient en force. Soutenu à fond par la fédérale. Face à lui : Philippe Kriescher, l'un des trois conseillers communaux sortants d'Ecolo.
...

L'autre jour, à la télé ( Jeudi en prime, RTBF), se sentant agressée par une question maladroite (" Etes-vous croyante ? "), Zakia Khattabi, coprésidente d'Ecolo, s'est défendue d'un " quelconque communautarisme ". A Verviers, certains en doutent. Après le départ de la cheffe de file, Pauline Dumoulin, le retrait en septembre dernier de la tête de liste Paul Fauconnier (condamné, le 2 mars, à une peine de deux ans de prison avec sursis probatoire pour attentats à la pudeur et viol sur une mineure âgée de 15 ans au moment des faits), la non-désignation du seul poids lourd de la section, Freddy Joris, ancien directeur de l'Institut du patrimoine wallon, voici que Hajib El Hajjaji revient en force. Soutenu à fond par la fédérale. Face à lui : Philippe Kriescher, l'un des trois conseillers communaux sortants d'Ecolo. Au printemps 2017, Hajib El Hajjaji s'était porté candidat à la première place. Avec Nezha Darraji, sa parente par alliance, ils avaient obtenu respectivement les deuxième et troisième places. L'affaire de moeurs a rebattu les cartes. Le 13 mars, une assemblée générale de la section locale devrait approuver, avec deux tiers des voix, les six premiers candidats et le dernier de la future liste Ecolo pour le scrutin communal d'octobre prochain. Celle-ci aura été élaborée par un " comité de liste " composé de Michel Genet, directeur politique d'Ecolo, de deux " régionaux " et de deux membres de la locale. Le processus ressemble à une mise sous tutelle ou, dans le meilleur des cas, à une opération de médiation. " C'est une manière d'impliquer tous les milieux concernés, local, régional, fédéral ", se justifie Jean-Sébastien Mahu, le secrétaire de la locale, qui a sollicité cette intervention et qui est devenu à son tour candidat tête de liste. " Hajib El Hajjaji et Philippe Kriescher sont candidats tête de liste, poursuit-il. Ces deux candidatures divisent, ce n'est pas un scoop. " Hajib El Hajjaji, 36 ans, est issu d'une famille d'origine marocaine dont deux membres éminents, deux oncles, Mohamed et Abdel, sont ou étaient investis dans des organisations d'obédience Frères musulmans. " Je rejette fermement l'étiquette de Frère musulman, écrit Hajib El Hajjaji au Vif/L'Express, car elle ne correspond à aucune réalité me concernant. Ceux qui me connaissent savent bien que c'est tout à fait faux. Cette étiquette a pour objectif de diffuser un esprit de soupçon, de fantasme à même de disqualifier celles et ceux qui, s'assumant pleinement comme citoyens et musulmans, s'engagent dans la société sans se sentir obligés de nier leurs valeurs éthiques et spirituelles. Je tiens à mon indépendance d'esprit et d'action et j'agis en conformité avec mes valeurs qui sont la liberté, le respect de la démocratie et de l'Etat de droit, la justice sociale, la citoyenneté et la solidarité. De plus, j'ai fait le choix de m'engager dès 2012 chez Ecolo, un parti démocratique progressiste et non pas conservateur, qui défend la vision d'une société inclusive et émancipatrice pour chacun et chacune. " Jusqu'à son décès, l'année dernière, un oncle de Hajib El Hajjaji, Mohamed, était le gardien de la cagnotte d'Aksahum, association qui collecte de l'argent pour la Palestine, à destination principalement de la bande de Gaza, contrôlée par le Hamas. D'abord sous le nom d'Al-Aqsa, puis de Al-Aqsa Humanitaire, l'asbl Aksahum a été fondée à Verviers, en 1993, par Mohamed El Hajjaji et par des Frères musulmans jordanien et syrien en exil à Aix-la-Chapelle. Elle est la branche belge de la fondation Al-Aqsa, qui pratique la collecte de fonds à grande échelle, à travers le monde, et que le Trésor américain a qualifiée en 2003 d'" entité terroriste mondiale ". Ses " succursales " ont été interdites en Allemagne, aux Pays-Bas, au Luxembourg, au Danemark, en Suisse, au Royaume-Uni. Pas en Belgique : une enquête du parquet de Verviers a tourné court. En 2005, Aksahum affichait 839 766,48 euros d'avoirs, dont 634 112, 45 en liquidités. En 2006, le total de son actif atteignait 1 217 377 euros. Depuis, aucun document comptable n'a été déposé au greffe du tribunal de commerce de Verviers. Les banques belges ne prennent plus en dépôt l'argent de ce client mis en cause par divers rapports internationaux. En février 2016, Aksahum a soutenu la Muslim Expo de Charleroi, qui avait invité des membres radicaux de l'AKP turc et du PJD marocain. Un autre oncle de Hajib El Hajjaji est Abdeljalil (dit Abdelmajid ou Abdel). Abdel El Hajjaji est le président du Centre éducatif culturel islamique de Verviers (Céciv), où se trouve la mosquée Assahaba, reconnue en 2005 par la Région wallonne. Son premier président était un citoyen allemand, Hassan Swaid, membre de l'Islamische Gemeinschaft in Deutschland, les Frères d'Outre-Rhin, selon le rapport 2008 de la fondation américaine Nefa. Le rapport " radicalisation " établi en mai 2017 sous la direction de Corinne Torrekens (docteur en sciences sociales et politiques de l'ULB), à la demande des autorités verviétoises, affirme que " le Céciv est membre de la Ligue des musulmans de Belgique, considérée comme inscrite dans la dynamique des Frères musulmans ". Hajib El Hajjaji est administrateur du Céciv depuis 2010, mais il n'intervient pas dans les activités du comité de gestion de la mosquée. " Je suis aussi membre adhérent d'une autre mosquée à Verviers, Errahma, qui est en passe d'obtenir aussi une reconnaissance de la Région Wallonne, complète-t-il. Ces deux mosquées que je fréquente se trouvent dans mon quartier et réalisent un travail local important pour promouvoir le dialogue interculturel et l'ouverture vers les autres. " Liste à l'appui, il assure que son engagement associatif n'est pas que religieux. De 2010 jusqu'il y a environ deux ans, Hajib El Hajjaji a été membre cotisant de la Ligue des musulmans de Belgique - Liga van Moslims in België (LMB). Son oncle Abdel en est le trésorier. Deux autres Verviétois qu'il connaît bien, Jamal El Yaagoubi (trésorier du Céciv) et Frank Hensch (imam à la mosquée Assahaba), y adhèrent, comme l'indique l'extrait de procès-verbal de l'assemblée générale du 9 décembre 2017 de la LMB, déposé au greffe du tribunal de commerce francophone de Bruxelles. " Je ne cotise plus pour cette asbl, je ne suis plus membre de droit depuis au moins deux ans ", nous précise toutefois Hajib El Hajjaji. Plusieurs ouvrages scientifiques décrivent la Ligue des musulmans comme la coupole belge d'institutions fréristes. Interrogée par Le Vif/L'Express, la Ligue renvoie à son site lmbonline.be, où elle dément - ou nuance - cette assertion. La commission d'enquête parlementaire sur les attentats l'a citée dans son rapport, mais au conditionnel. Les Frères musulmans y sont décrits comme pratiquant l'entrisme et encourageant la victimisation des musulmans et donc le repli sur soi, facteur de radicalisation. En Belgique, ils marchent main dans la main avec la mosquée salafo-wahhabite du Cinquantenaire, à Bruxelles. Le site de la LMB renvoie effectivement à Aksahum, au Conseil européen pour la fatwa et la recherche de Youssef al-Qaradawi (théologien de référence des Frères musulmans), à l'Institut européen des sciences humaines, au Centre de recherche sur la législation islamique et l'éthique dirigé par le théologien Tariq Ramadan. Le Vif/L'Express avait révélé qu'en 2014, la LMB avait reçu un don de la Qatar Charity (1 081 940, 15 euros) et un autre de la Kuwait Charity (159 327,04 euros). Ses comptes 2016 mentionnent 3 284 149,24 euros d'actifs, principalement, sous la forme de terrains et de constructions. " Des montants importants ", commente Hajib El Hajjaji, qui n'en connaît ni l'origine ni la destination. Interrogée par Le Vif/L'Express sur le financement qatari et koweitien d'une institution dont a fait partie l'un de ses membres, la coprésidente d'Ecolo, Zakia Khattabi, invoque l'exemple des " églises orthodoxes financées par la Russie ". De son côté, la Ligue ne veut pas communiquer sur ses biens immobiliers. Avec son profil engagé, le candidat Ecolo aux élections communales pèse les 1 500 voix de préférence qu'il avait récoltées aux élections provinciales de 2012, sous bannière Ecolo. Hajib El Hajjaji a été l'espoir du CDH verviétois de 2006 à mars 2012. Son soutien à une conseillère CPAS qui avait décidé de porter le voile islamique lui a valu d'être exclu de la liste du parti humaniste en 2012. Ecolo- Verviers lui a ensuite ouvert les bras. Non élu à la Province (il était suppléant), Hajib El Hajjaji a quelque peu délaissé le terrain local pour la capitale, où il travaille. Ingénieur-projet dans une grande société d'énergie, il a pris un crédit-temps de janvier 2015 à janvier 2016. Il avait ses entrées à la LMB, Présence musulmane (l'association qui organisait les road shows de Tariq Ramadan) et European Muslim Network (qui a pris le relais). L'homme d'affaires bruxellois Lassaad Ben Yaghlane lui a ouvert de nouvelles portes. Réputé proche des islamistes d'Ennahda (Tunisie), il contrôle la radio Arabel, l'Espace Poincaré et la salle Claridge, un ancien haut lieu des nuits bruxelloises qui accueille à présent des réunions politiques, des conférences, des mariages et des récitations coraniques. Hajib El Hajjaji a donné une dizaine de chroniques à Arabel et dirigé pendant quatre mois l'espace socio-culturel Poincaré. En 2014, l'hyperactif Verviétois crée le Collectif contre l'islamophobie en Belgique (CCIB) avec Farida Tahar, conseillère communale à Molenbeek (PS) et Mustapha Chairi, qui a entre-temps abandonné le secrétariat de la section Ecolo de Bruxelles-Ville. Benoît Mouraux, président de DéFI-Molenbeek, les rejoints en 2016. La montée en puissance du CCIB témoigne d'une incontestable maestria. Le CCIB a reçu 10 000 dollars (8 000 euros) de l'Open Society Foundations du milliardaire américain George Soros, pour un cycle de formation à la communication et au lobbying en matière d'islamophobie (rapport 2016 du CCIB). Didier Gosuin (DéFI), ministre de l'Emploi de la Région de Bruxelles- Capitale, a subventionné la mise au point d'un outil de testing contre les discriminations. La ministre de l'Egalité des chances en Fédération Wallonie-Bruxelles, Isabelle Simonis (PS), finance " un projet de formation à la lutte contre les préjugés envers les personnes musulmanes " en 2017. A Liège, le CCIB a obtenu un jugement en référé contre l'interdiction généralisée des signes convictionnels à la haute école de la Province. " Son travail n'est certainement pas d'entretenir la victimisation et d'empêcher toute critique de l'islam ", prévient Hajib El Hajjaji. A l'approche des élections d'octobre prochain, l'Ecolo a réinvesti le terrain local, cherchant l'apaisement, les tête-à-tête (il n'aime pas le conflit). Dans le quartier de Hodimont, il dispose d'appuis au Centre régional d'intégration de Verviers, au terrain d'aventures, à la maison des jeunes, à la mosquée Assahaba. " Devant le public musulman, il se vante de sa victoire contre la haute école de la Province de Liège, témoigne un membre de la communauté et, en même temps, il fait passer le message qu'il n'est plus en mode "clash" avec les non-musulmans. " A-t-il changé ? Sa récente interview dans La Meuse, où il défendait l'enseignement de l'arabe à l'école, a renforcé son image communautaire, même si elle avait d'abord pour objectif de soutenir la candidature comme tête de liste de Freddy Joris, ancien directeur de l'Institut du patrimoine wallon. Certains commentaires au sein d'Ecolo-Verviers sont sévères, et demandent la garantie de l'anonymat : " Il a semé la zizanie ", " Ce n'est pas un militant comme un autre ", " Il a été imposé d'en haut ", " Il prend des positions qui ne sont pas celles du parti, comme défendre le président égyptien renversé par l'armée, Mohamed Morsi, ou critiquer tel ou tel échevin. Il a déjà été recadré deux fois ", " Les autres partis ne voudront pas faire de coalition avec lui... " Le secrétaire Jean-Sébastien Mahu calme le jeu : " On milite ensemble depuis quelques années. Je n'ai jamais entendu de propos ultracommunautaires ou dérangeants de sa part. Trop investi dans sa communauté ? C'est exagéré. En interne, il a travaillé sur l'énergie, l'urbanisme, la transparence... Il était secrétaire local, cela ne lui a pas donné une grande visibilité. " Au niveau fédéral, Zakia Khattabi défend son poulain mordicus, en esquivant la question de son ancienne appartenance à la Ligue des musulmans de Belgique : " La direction du parti n'a pas de position sur les engagements hors Ecolo de Hajib El Hajjaji. Quels qu'ils soient, ils n'ont jamais amené Hajib à prendre des positions qui vont à l'encontre de notre programme. Beaucoup de choses circulent sans que, jamais, aucun de ses détracteurs ne mette sur la table un comportement ou une parole condamnable. " Le dernier mot aux militants verviétois ?