Le nombre de milliardaires dans le monde a augmenté de façon spectaculaire au cours de l'année coronavirus 2020. Sur la célèbre liste établie chaque année par l'hebdomadaire américain Forbes, le nombre de milliardaires en dollars a augmenté de près de 700 pour atteindre le chiffre record de 2700. La plus forte augmentation s'est produite en Chine, le pays d'origine du coronavirus, mais il s'agit sans doute d'une coïncidence. 238 milliardaires chinois se sont ajoutés sur la liste - soit un toutes les 36 heures - de sorte que l'État communiste compte désormais 626 milliardaires. Aux États-Unis, leur nombre a augmenté de 110 et ils sont maintenant 724. Certains ont vu leur fortune exploser l'année dernière : ainsi, le fondateur de Tesla, Elon Musk, est passé de 25 à 150 milliards de dollars.
...

Le nombre de milliardaires dans le monde a augmenté de façon spectaculaire au cours de l'année coronavirus 2020. Sur la célèbre liste établie chaque année par l'hebdomadaire américain Forbes, le nombre de milliardaires en dollars a augmenté de près de 700 pour atteindre le chiffre record de 2700. La plus forte augmentation s'est produite en Chine, le pays d'origine du coronavirus, mais il s'agit sans doute d'une coïncidence. 238 milliardaires chinois se sont ajoutés sur la liste - soit un toutes les 36 heures - de sorte que l'État communiste compte désormais 626 milliardaires. Aux États-Unis, leur nombre a augmenté de 110 et ils sont maintenant 724. Certains ont vu leur fortune exploser l'année dernière : ainsi, le fondateur de Tesla, Elon Musk, est passé de 25 à 150 milliards de dollars.Parmi les nouveaux venus sur la liste Forbes figurent deux Belges : Jan Van Geet, propriétaire du promoteur immobilier VPG, dont la fortune est estimée à 850 millions d'euros (1,1 milliard de dollars) et Luc Tack, directeur général de Picanol Group, fabricant de machines à tisser, qui possède une fortune de plus d'un milliard d'euros. Ils rejoignent le Belge le plus riche, Eric Wittouck, un héritier la Raffinerie tirlemontoise qui, depuis Monaco, est surtout actif à Wall Street et a investi dans Weight Watchers, entre autres. Selon Forbes, sa fortune a augmenté de 2 milliards de dollars pour atteindre 10 milliards de dollars en 2020.Soulèvement populairePourquoi le nombre de milliardaires et leur richesse ont-ils augmenté de façon aussi vertigineuse ? Ruchir Sharma s'est lui aussi posé la question. Il est stratège en chef chez Morgan Stanley Investment Management et suit de près l'évolution des fortunes depuis des années, car "l'augmentation des inégalités devient de plus en plus un enjeu politique et risque de provoquer un soulèvement populaire contre le capitalisme". Selon Sharma, cette menace n'a jamais été aussi importante qu'aujourd'hui.Dans les pages du Financial Times, Sharma explique comment les super riches ont englouti l'argent du coronavirus: "Alors que le virus se propageait, les banques centrales ont injecté 9 000 milliards de dollars dans les économies du monde entier pour soutenir l'économie mondiale. Une grande partie de ce stimulus est allée aux marchés financiers et donc à la richesse des ultra-riches. La richesse totale des milliardaires dans le monde a augmenté de 5 000 milliards de dollars en 12 mois pour atteindre 13 000 milliards de dollars, soit la plus forte augmentation jamais enregistrée sur la liste annuelle des milliardaires de Forbes."Ludwig Verduyn partage l'avis de Sharma. Verduyn est le créateur du site web De Rijkste Belgen et suit l'évolution de la richesse de ses compatriotes fortunés. "Il n'est pas facile d'avoir une bonne vue d'ensemble", dit Verduyn, car "les riches de notre pays ne sont pas très transparents au niveau de leurs finances. Il est également frappant de constater que seuls trois Belges figurent sur la liste Forbes, alors que, selon mes calculs, au moins 40 familles belges peuvent y prétendre. Il n'y a aucune trace des familles actionnaires du brasseur AB InBev ou des familles Frère, Colruyt ou Janssen (UCB, Solvay). C'est peut-être parce que Forbes se concentre sur les individus et non sur les familles."Cependant, Verduyn en est convaincu : les Belges fortunés se sont beaucoup enrichis en 2020, année du coronavirus. Verduyn : "Le Belge le plus riche, Eric Wittouck, ne contrôle pas une seule entreprise, mais par l'intermédiaire de Wall Street, il investit dans de nombreuses sociétés américaines. Il a certainement profité de la forte hausse du cours des actions. Et le fait que le marché boursier se soit si bien comporté est lié à la politique des banques centrales, qui ont massivement imprimé de l'argent. Cet argent a trouvé le chemin de nouveaux investissements et s'est retrouvé surtout sur le marché boursier, ce qui a provoqué une forte hausse du cours des actions."Un exemple de famille qui a vu sa fortune s'accroître est la famille Boël, qui comprend également l'artiste Delphine Boël, autorisée à s'appeler Delphine de Belgique depuis que le roi Albert II a confirmé qu'il était son père biologique. La famille Boël ne figure pas dans la liste Forbes, mais chez Verduyn, elle occupe la 19e place pour une fortune de 1,6 milliard. Elle a bâti sa fortune grâce à l'usine sidérurgique Fafer (Fabrique de Fer de Charleroi), qu'ils ont vendue pour 125 millions d'euros en 1997. Ils étaient déjà actifs dans d'autres secteurs par l'intermédiaire de leur holding cotée en bourse, Sofina. Celle-ci a investi entre autres dans le distributeur Colruyt. Par le biais d'un fonds de capital-risque, Boël a également investi dans des start-up aux noms désormais emblématiques tels que Yahoo !, Google, YouTube, LinkedIn, Instagram et WhatsApp. Sofina a également investi dans l'application d'apprentissage indienne Byju's, qui vaut aujourd'hui plus de 12 milliards, soit près de trois fois plus qu'avant la crise du coronavirus. Sofina a clôturé l'année 2020 avec un bénéfice de 1,4 milliard, soit 15 % de plus qu'en 2019.Argent gratuitCertains riches ont également été victimes du coronavirus, déclare Verduyn. Il évoque les familles qui sont actionnaires du brasseur AB InBev (Stella, Jupiler) : "Avant la pandémie de coronavirus, l'action AB InBev coûtait encore 75 euros, mais elle a ensuite chuté à moins de 45 euros. C'est logique, bien sûr, car toute l'industrie hôtelière était à l'arrêt. Le dividende, qui était de 3,60 euros en 2017 et qui avait déjà été un peu réduit les années suivantes, n'était plus que de 0,50 euro pour 2020. Cela fait une différence si vous possédez des centaines de millions d'actions d'AB InBev, comme Alexandre Van Damme et les familles de Spoelberch et de Mévius. Van Damme, par exemple, a reçu 457 millions d'euros de dividendes d'AB InBev en 2017 ; pour 2020, il s'agissait de moins de 70 millions.Verduyn : "Entre-temps, le prix de l'action d'AB InBev a grimpé à 60 euros, mais c'est toujours moins qu'avant le coronavirus. Et le dividende aussi augmentera lentement. Heureusement pour elles, ces familles ont investi les dividendes qu'elles recevaient auparavant d'AB InBev dans d'autres secteurs qui permettent d'absorber le choc du coronavirus. Van Damme, qui était jusqu'à récemment également actionnaire du club de football d'Anderlecht, a notamment investi dans le géant du ketchup Kraft Heinz et dans la chaîne de restaurants Burger King. Grâce à cette dernière société, il empoche aujourd'hui un dividende de près de 20 millions d'euros.Les familles AB InBev sont l'une des rares fortunes de notre pays à avoir été touchées par le coronavirus, la plupart des riches ayant vu leur fortune augmenter, selon Verduyn. Selon Forbes, 86 % des riches du monde se sont enrichis l'année dernière. L'homme le plus riche du monde, Jeff Bezos d'Amazon, a vu sa fortune passer de 113 à 177 milliards de dollars. Ces augmentations exubérantes suscitent de plus en plus de ressentiment au sein de la population. Le président américain Joe Biden a déjà déclaré qu'après les aubaines financières de l'année corona, les riches seront taxés plus lourdement pour aider à payer les coûts supplémentaires de la pandémie et à redistribuer l'argent."Dans les pays riches, l'agitation suscitée par la croissance rapide des fortunes est presque entièrement axée sur la récupération de la richesse par le biais des impôts", observe Sharma. "Rien n'est fait pour lutter contre le moteur fondamental de la croissance des milliardaires : l'argent gratuit que les banques centrales injectent sur les marchés". "L'argent gratuit que les banques centrales distribuent actuellement est aussi populaire auprès des progressistes que l'augmentation des impôts pour financer les programmes sociaux. L'inégalité des richesses continuera probablement à se creuser jusqu'à ce que le robinet de l'argent soit fermé", observe-t-il.