Le Comité de concertation, qui devait avoir lieu vendredi à 14h, sera anticipé à ce jeudi soir à 20h. Cette réunion du fédéral et des entités fédérées a pour intention de prendre des mesures complémentaires pour faire face à l'épidémie galopante de Covid. Cette décision aurait pour objectif de pouvoir anticiper les mesures concernant le sport et la culture, afin qu'elles soient effectives ce week-end - on songe notamment au public dans les stades de football.

C'est aussi un signe de l'urgence de la situation afin que des mesures supplémentaires soient décidées après la fermeture des cafés-restaurants et le couvre-feu de minuit à 5h, décidés la semaine dernière.

Il s'agirait toutefois d'une première rencontre en vidéoconférence pour discuter de la marche à suivre. Le comité de concertation se réunira à nouveau ce vendredi comme prévu initialement. Les mesures seraient présentées à l'issue de cette deuxème réunion, de même que, probablement, le baromètre de gestion de la crise.

Vendredi passé, le comité de concertation a décidé de réduire la bulle sociale, de fermer le secteur de l'Horeca et d'instaurer un couvre-feu. Il a également donné une semaine aux secteurs dont l'activité est réglée par un protocole sanitaire, comme le sport et la culture, pour adapter celui-ci en coordination avec le commissaire du gouvernement à la lutte contre le coronavirus.

Un nouveau confinement est de plus en plus souvent évoqué.Le Premier ministre n'a toutefois pas cité ce scénario dans ses réponses aux questions des députés. Il faut attendre l'effet des premières mesures, selon lui. "Je pense que nous devons montrer de la constance et ne pas changer sans arrêt de stratégie (...) Soyons confiants dans le fait que les mesures que nous avons prises sont les bonnes", a-t-il dit, estimant qu'il fallait attendre au moins 10 jours avant d'en voir les premiers effets.

Le chef du gouvernement n'a pas caché la gravité de la situation dans l'ensemble du pays, et plus particulièrement à Bruxelles et en Wallonie. Toutes les provinces sont en phase d'alerte à l'exception du Limbourg qui devrait toutefois les rejoindre dans les prochains jours. "Arrêtons de dire qu'il s'agit d'un problème qui vaut dans une partie du pays et pas dans une autre", a souligné M. De Croo.

L'inquiétude était palpable dans les questions des parlementaires. "On ne fait pas assez et pas assez vite, et le virus va plus vite que nous. Il faut passer à la vitesse supérieure", a exhorté la cheffe de groupe cdH, Catherine Fonck.

La stratégie de testing en question

La stratégie de test suscite des interrogations. Lundi soir, la conférence interministérielle de la Santé a établi des priorités de dépistage face à l'augmentation des cas, laissant de côté les personnes asymptomatiques, afin de se concentrer sur les patients qui présentent des symptômes, les collectivités et certains groupes-cibles. "On ne ne fait pas moins -on teste toujours beaucoup et on augmente encore- mais on teste d'une autre manière, les priorités ont changé. Si on est en phase d'alerte 4, il faut tester de manière plus ciblée", a fait remarquer M. De Croo.

Le 14 octobre, la Belgique a réalisé pas moins de 72.000 tests. Elle se situe dans le "top européen", selon le Premier ministre.

On en est toutefois pas à la capacité de 90.000 tests quotidiens annoncée, a regretté Sophie Rohonyi (DeFI). "C'est encore le règne de l'improvisation", a-t-elle asséné. Comme d'autres, la députée a appelé à la mise en oeuvre des tests salivaires et antigènes, plus rapides que les PCR actuels.

L'ex-ministre des Pensions, Daniel Bacquelaine (MR), a abondé dans ce sens. Il a plaidé pour l'intégration de l'université de Liège, spécialiste reconnue dans la technologie de dépistage, dans la task-force en charge du testing. Il faudra toutefois encore attendre quelques semaines avant que de tels tests puissent être utilisés dans le cadre fédéral, a répété le ministre de la Santé, Franck Vandenbroucke, le temps de vérifier l'efficacité et la sensibilité de cette méthode et de l'intégrer dans la chaîne de testing.

Le Comité de concertation, qui devait avoir lieu vendredi à 14h, sera anticipé à ce jeudi soir à 20h. Cette réunion du fédéral et des entités fédérées a pour intention de prendre des mesures complémentaires pour faire face à l'épidémie galopante de Covid. Cette décision aurait pour objectif de pouvoir anticiper les mesures concernant le sport et la culture, afin qu'elles soient effectives ce week-end - on songe notamment au public dans les stades de football. C'est aussi un signe de l'urgence de la situation afin que des mesures supplémentaires soient décidées après la fermeture des cafés-restaurants et le couvre-feu de minuit à 5h, décidés la semaine dernière. Il s'agirait toutefois d'une première rencontre en vidéoconférence pour discuter de la marche à suivre. Le comité de concertation se réunira à nouveau ce vendredi comme prévu initialement. Les mesures seraient présentées à l'issue de cette deuxème réunion, de même que, probablement, le baromètre de gestion de la crise.Vendredi passé, le comité de concertation a décidé de réduire la bulle sociale, de fermer le secteur de l'Horeca et d'instaurer un couvre-feu. Il a également donné une semaine aux secteurs dont l'activité est réglée par un protocole sanitaire, comme le sport et la culture, pour adapter celui-ci en coordination avec le commissaire du gouvernement à la lutte contre le coronavirus. Un nouveau confinement est de plus en plus souvent évoqué.Le Premier ministre n'a toutefois pas cité ce scénario dans ses réponses aux questions des députés. Il faut attendre l'effet des premières mesures, selon lui. "Je pense que nous devons montrer de la constance et ne pas changer sans arrêt de stratégie (...) Soyons confiants dans le fait que les mesures que nous avons prises sont les bonnes", a-t-il dit, estimant qu'il fallait attendre au moins 10 jours avant d'en voir les premiers effets.Le chef du gouvernement n'a pas caché la gravité de la situation dans l'ensemble du pays, et plus particulièrement à Bruxelles et en Wallonie. Toutes les provinces sont en phase d'alerte à l'exception du Limbourg qui devrait toutefois les rejoindre dans les prochains jours. "Arrêtons de dire qu'il s'agit d'un problème qui vaut dans une partie du pays et pas dans une autre", a souligné M. De Croo. L'inquiétude était palpable dans les questions des parlementaires. "On ne fait pas assez et pas assez vite, et le virus va plus vite que nous. Il faut passer à la vitesse supérieure", a exhorté la cheffe de groupe cdH, Catherine Fonck. La stratégie de testing en questionLa stratégie de test suscite des interrogations. Lundi soir, la conférence interministérielle de la Santé a établi des priorités de dépistage face à l'augmentation des cas, laissant de côté les personnes asymptomatiques, afin de se concentrer sur les patients qui présentent des symptômes, les collectivités et certains groupes-cibles. "On ne ne fait pas moins -on teste toujours beaucoup et on augmente encore- mais on teste d'une autre manière, les priorités ont changé. Si on est en phase d'alerte 4, il faut tester de manière plus ciblée", a fait remarquer M. De Croo. Le 14 octobre, la Belgique a réalisé pas moins de 72.000 tests. Elle se situe dans le "top européen", selon le Premier ministre. On en est toutefois pas à la capacité de 90.000 tests quotidiens annoncée, a regretté Sophie Rohonyi (DeFI). "C'est encore le règne de l'improvisation", a-t-elle asséné. Comme d'autres, la députée a appelé à la mise en oeuvre des tests salivaires et antigènes, plus rapides que les PCR actuels. L'ex-ministre des Pensions, Daniel Bacquelaine (MR), a abondé dans ce sens. Il a plaidé pour l'intégration de l'université de Liège, spécialiste reconnue dans la technologie de dépistage, dans la task-force en charge du testing. Il faudra toutefois encore attendre quelques semaines avant que de tels tests puissent être utilisés dans le cadre fédéral, a répété le ministre de la Santé, Franck Vandenbroucke, le temps de vérifier l'efficacité et la sensibilité de cette méthode et de l'intégrer dans la chaîne de testing.