Derrière le comptoir de mon pharmacien, j'observe depuis des années l'utilisation croissante et de plus en plus acceptée de drogues dans la société. Ou pour le dire dans le jargon contemporain: il y a une épidémie de drogue qui sévit dans notre pays et par extension en Europe. Et le gouvernement violet-vert (la vivaldi fédérale - Ndlr) n'a pas d'antiviraux pour cela. De plus, ils encouragent la consommation de drogue sans aucune honte. Heureusement, cela n'a pas été pris en compte par la N-VA. Parce que nous sommes en faveur d'une politique antidrogue avec une vision qui repose sur trois piliers: la prévention, l'assistance et la répression.

gicler et avaler

La drogué est devenue très accessibles ces dernières décennies. L'utilisateur peut se faire livrer des drogués à son domicile en toute discrétion avec un seul message. Et une fois dans le carnet de contact du revendeur, l'utilisateur reçoit régulièrement des promotions. L'organisation de la distribution des médicaments est devenue horriblement efficace grâce à la technologie moderne. Pendant ce temps, le gouvernement fédéral regarde tranquillement de l'autre côté.

Le "combattant de la liberté" et actuel ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne ouvre la voie. En 2008, il a même déclaré que "la Belgique devrait ouvrir ses propres coffee shops". Une déclaration qui ne montre pas exactement un grand sens des responsabilités dans le domaine de la politique des drogues. Il n'y a pas si longtemps, on annonçait aussi que Bruxelles allait mettre en place des salles de pulvérisation, comme il en existait déjà à Liège. Des zones où vous pouvez utiliser "en toute sécurité" pour limiter les nuisances médicamenteuses. Mais un entretien à La Meuse avec le maire de Liège a montré que la nuisance restait immense. Alors, pourquoi avoir choisi de l'installer également à Bruxelles?

De plus, cette décision est également contraire à la loi fédérale. Le gouvernement Vivaldi devra donc choisir de le changer ou non. Les socialistes, les verts et les libéraux sont tout à fait prêts à parler d'un cadre juridique, mais non sans une vive opposition du partenaire de coalition CD&V. Ils se sont souvent retournés contre l'idée.

Prévention et traitement

Quand on regarde le problème des stupéfiants, cependant, on ne peut pas s'arrêter à la seringue ou à la bande de papier d'aluminium sur laquelle la substance est vaporisée. Les effets des drogues dures telles que le LSD et l'ecstasy ont également conduit à des générations perdues et à des familles brisées. Il n'est donc pas surprenant que les antipsychotiques figurent dans le top 25 des substances prescrites. Les substances hautement invasives que sont les drogues illégales et l'usage répandu du cannabis entraînent une incidence plus élevée de psychoses. Que la consommation de drogue soit un déclencheur de symptômes psychotiques ne peut réfuter même la voix la plus progressiste.

Je crois qu'il vaut mieux prévenir que guérir. Dans le domaine de la prévention et de la sensibilisation, des améliorations sont donc encore possibles. La fragmentation de la politique de prévention de la toxicomanie est, bien entendu, un frein à une politique réfléchie, efficace et proche de l'usager.

Il y a une forte croissance des initiatives et des organisations, ce qui en soi est positif. Mais parce qu'ils ont chacun leur vision et leur approche, cela conduit à un manque de cohérence, ce qui signifie que le message ne parvient pas suffisamment.

Ne pas se droguer est évidemment le meilleur moyen d'éviter les problèmes liés à la drogue. Mais si les choses tournent mal, les soins doivent être accessibles, clairs et constructifs. Il existe un éventail de formes de soins qui peuvent accueillir l'usager, mais là aussi il y a un manque d'unité et une trop grande fragmentation. Par exemple, après les soins d'urgence, les usagers se retrouvent sur des listes d'attente extrêmement longues, alors que ce temps est très crucial.

Une politique globale et intégrée des drogues au niveau des États fédérés est la réponse pour travailler sur la prévention et le traitement de manière rapide et adéquate, indépendamment des Conférences interministérielles et des talk bars.

Arsenal de la démocratie

Il est maintenant clair que nous ne résoudrons pas l'épidémie de drogue, que ce soit par la légalisation ou par des idées folles comme les salles de pulvérisation. La loi antidrogue de 2003 est inadéquate et a complètement raté sa cible. Ironiquement, cela vient de conduire au résultat que la consommation de drogue est socialement intégrée et pendant ce temps se généralise.

Il est temps d'adopter une nouvelle approche à tous les niveaux. Nous devons adapter la législation si nécessaire et nous concentrer davantage sur la prévention de la toxicomanie, ainsi que sur le suivi des usagers. Mais n'oublions pas une chose : la responsabilité individuelle de l'usager occasionnel ne peut être épargnée dans ce débat. La consommation de drogue, même "occasionnellement", soutient la criminalité, sape les efforts des forces de l'ordre et finalement la sécurité de tous.

Kathleen Depoorter, députée fédérale N-VA

Derrière le comptoir de mon pharmacien, j'observe depuis des années l'utilisation croissante et de plus en plus acceptée de drogues dans la société. Ou pour le dire dans le jargon contemporain: il y a une épidémie de drogue qui sévit dans notre pays et par extension en Europe. Et le gouvernement violet-vert (la vivaldi fédérale - Ndlr) n'a pas d'antiviraux pour cela. De plus, ils encouragent la consommation de drogue sans aucune honte. Heureusement, cela n'a pas été pris en compte par la N-VA. Parce que nous sommes en faveur d'une politique antidrogue avec une vision qui repose sur trois piliers: la prévention, l'assistance et la répression.gicler et avalerLa drogué est devenue très accessibles ces dernières décennies. L'utilisateur peut se faire livrer des drogués à son domicile en toute discrétion avec un seul message. Et une fois dans le carnet de contact du revendeur, l'utilisateur reçoit régulièrement des promotions. L'organisation de la distribution des médicaments est devenue horriblement efficace grâce à la technologie moderne. Pendant ce temps, le gouvernement fédéral regarde tranquillement de l'autre côté.Le "combattant de la liberté" et actuel ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne ouvre la voie. En 2008, il a même déclaré que "la Belgique devrait ouvrir ses propres coffee shops". Une déclaration qui ne montre pas exactement un grand sens des responsabilités dans le domaine de la politique des drogues. Il n'y a pas si longtemps, on annonçait aussi que Bruxelles allait mettre en place des salles de pulvérisation, comme il en existait déjà à Liège. Des zones où vous pouvez utiliser "en toute sécurité" pour limiter les nuisances médicamenteuses. Mais un entretien à La Meuse avec le maire de Liège a montré que la nuisance restait immense. Alors, pourquoi avoir choisi de l'installer également à Bruxelles?De plus, cette décision est également contraire à la loi fédérale. Le gouvernement Vivaldi devra donc choisir de le changer ou non. Les socialistes, les verts et les libéraux sont tout à fait prêts à parler d'un cadre juridique, mais non sans une vive opposition du partenaire de coalition CD&V. Ils se sont souvent retournés contre l'idée.Prévention et traitementQuand on regarde le problème des stupéfiants, cependant, on ne peut pas s'arrêter à la seringue ou à la bande de papier d'aluminium sur laquelle la substance est vaporisée. Les effets des drogues dures telles que le LSD et l'ecstasy ont également conduit à des générations perdues et à des familles brisées. Il n'est donc pas surprenant que les antipsychotiques figurent dans le top 25 des substances prescrites. Les substances hautement invasives que sont les drogues illégales et l'usage répandu du cannabis entraînent une incidence plus élevée de psychoses. Que la consommation de drogue soit un déclencheur de symptômes psychotiques ne peut réfuter même la voix la plus progressiste.Je crois qu'il vaut mieux prévenir que guérir. Dans le domaine de la prévention et de la sensibilisation, des améliorations sont donc encore possibles. La fragmentation de la politique de prévention de la toxicomanie est, bien entendu, un frein à une politique réfléchie, efficace et proche de l'usager.Il y a une forte croissance des initiatives et des organisations, ce qui en soi est positif. Mais parce qu'ils ont chacun leur vision et leur approche, cela conduit à un manque de cohérence, ce qui signifie que le message ne parvient pas suffisamment.Ne pas se droguer est évidemment le meilleur moyen d'éviter les problèmes liés à la drogue. Mais si les choses tournent mal, les soins doivent être accessibles, clairs et constructifs. Il existe un éventail de formes de soins qui peuvent accueillir l'usager, mais là aussi il y a un manque d'unité et une trop grande fragmentation. Par exemple, après les soins d'urgence, les usagers se retrouvent sur des listes d'attente extrêmement longues, alors que ce temps est très crucial.Une politique globale et intégrée des drogues au niveau des États fédérés est la réponse pour travailler sur la prévention et le traitement de manière rapide et adéquate, indépendamment des Conférences interministérielles et des talk bars.Arsenal de la démocratieIl est maintenant clair que nous ne résoudrons pas l'épidémie de drogue, que ce soit par la légalisation ou par des idées folles comme les salles de pulvérisation. La loi antidrogue de 2003 est inadéquate et a complètement raté sa cible. Ironiquement, cela vient de conduire au résultat que la consommation de drogue est socialement intégrée et pendant ce temps se généralise.Il est temps d'adopter une nouvelle approche à tous les niveaux. Nous devons adapter la législation si nécessaire et nous concentrer davantage sur la prévention de la toxicomanie, ainsi que sur le suivi des usagers. Mais n'oublions pas une chose : la responsabilité individuelle de l'usager occasionnel ne peut être épargnée dans ce débat. La consommation de drogue, même "occasionnellement", soutient la criminalité, sape les efforts des forces de l'ordre et finalement la sécurité de tous.Kathleen Depoorter, députée fédérale N-VA