L'excuse porte sur les enfants nés dans les années '40 et '50 au Congo, Rwanda ou Burundi, issus d'une relation entre un colon belge et une femme autochtone. En 1959, à la veille de l'indépendance du Congo, l'État belge a organisé l'envoi d'un grand nombre de ces enfants en Belgique où ils ont été mis sous tutelle, placés dans des homes ou encore adoptés par des familles belges. Les excuses du Premier ministre sont uniques. Récemment, des experts de l'ONU ont demandé que le gouvernement présente de telles excuses pour les atrocités commises au Congo, mais le Premier ministre Charles Michel n'a pas répondu.

L'excuse porte sur les enfants nés dans les années '40 et '50 au Congo, Rwanda ou Burundi, issus d'une relation entre un colon belge et une femme autochtone. En 1959, à la veille de l'indépendance du Congo, l'État belge a organisé l'envoi d'un grand nombre de ces enfants en Belgique où ils ont été mis sous tutelle, placés dans des homes ou encore adoptés par des familles belges. Les excuses du Premier ministre sont uniques. Récemment, des experts de l'ONU ont demandé que le gouvernement présente de telles excuses pour les atrocités commises au Congo, mais le Premier ministre Charles Michel n'a pas répondu.