En Belgique, trois enfants sont signalés disparus en moyenne par jour et les premières heures qui suivent une disparition sont cruciales, rappelle la Fondation, qui traite en moyenne 2.000 dossiers par an dont la majorité connaissent une fin heureuse.

Afin de maximiser les chances de retrouver rapidement un enfant, Child Focus lance l'application ChildRescue qui s'ajoute aux traditionnelles campagnes d'affichage, aux messages diffusés sur les réseaux sociaux, aux collaborations avec la SNCB et la Loterie nationale et la publication des avis de disparition dans les médias.

Les citoyens sont invités à télécharger cette application gratuite sur leur tablette ou smartphone de manière à fournir informations et témoignages, le cas échéant de manière anonyme, sur la plateforme, qui fonctionne sur le principe de la géolocalisation. Les renseignements apportés sont ensuite analysés et traités par les instances compétentes, expliquent les concepteurs de l'application. Si l'intelligence artificielle peut certes aider à diriger les campagnes de recherche, elle ne se substituera toutefois jamais à l'être humain, ont-ils tenu à rassurer.

Une fois inscrit, le citoyen est ainsi averti de la disparition d'un enfant dans sa région grâce à une notification sur son smartphone, et ce jusqu'au dénouement de l'affaire. Les données relatives au cas sont alors effacées notamment pour des raisons liées au respect de la vie privée du jeune, précise Child Focus.

"Le succès d'une telle application dépend bien entendu du nombre de personnes l'ayant téléchargée dans la région où l'enfant est recherché", souligne la Fondation. Lancée en Grèce le mois dernier, l'aplication a déjà été téléchargée plus de 2.000 fois.

Le lancement de ChildRescue se fera à travers une campagne en ligne. Une affiche et une vidéo seront partagées via les réseaux sociaux, précise encore Child Focus.

L'application est gratuite et à télécharger sur www.childfocus.be.

En Belgique, trois enfants sont signalés disparus en moyenne par jour et les premières heures qui suivent une disparition sont cruciales, rappelle la Fondation, qui traite en moyenne 2.000 dossiers par an dont la majorité connaissent une fin heureuse. Afin de maximiser les chances de retrouver rapidement un enfant, Child Focus lance l'application ChildRescue qui s'ajoute aux traditionnelles campagnes d'affichage, aux messages diffusés sur les réseaux sociaux, aux collaborations avec la SNCB et la Loterie nationale et la publication des avis de disparition dans les médias. Les citoyens sont invités à télécharger cette application gratuite sur leur tablette ou smartphone de manière à fournir informations et témoignages, le cas échéant de manière anonyme, sur la plateforme, qui fonctionne sur le principe de la géolocalisation. Les renseignements apportés sont ensuite analysés et traités par les instances compétentes, expliquent les concepteurs de l'application. Si l'intelligence artificielle peut certes aider à diriger les campagnes de recherche, elle ne se substituera toutefois jamais à l'être humain, ont-ils tenu à rassurer. Une fois inscrit, le citoyen est ainsi averti de la disparition d'un enfant dans sa région grâce à une notification sur son smartphone, et ce jusqu'au dénouement de l'affaire. Les données relatives au cas sont alors effacées notamment pour des raisons liées au respect de la vie privée du jeune, précise Child Focus. "Le succès d'une telle application dépend bien entendu du nombre de personnes l'ayant téléchargée dans la région où l'enfant est recherché", souligne la Fondation. Lancée en Grèce le mois dernier, l'aplication a déjà été téléchargée plus de 2.000 fois. Le lancement de ChildRescue se fera à travers une campagne en ligne. Une affiche et une vidéo seront partagées via les réseaux sociaux, précise encore Child Focus. L'application est gratuite et à télécharger sur www.childfocus.be.