Peter Mertens, le président de la branche néerlandophone du PTB, le PVDA+, appelle tous les chômeurs à envoyer leur CV à Bart De Wever. "De Wever trouve qu'une grande partie des 500.000 chômeurs ne veulent pas travailler" explique Mertens. "J'appelle tous les jeunes, les ouvriers Ford, les réparateurs de bateaux, les fabricants de ketchup de Heinz, les vendeuses, les ouvriers Opel, les fabricants de radiateurs d'Henrad, les caissières, les fabricants de capsules Crown Cork, etc. à rédiger leur CV et à l'envoyer à Bart De Wever, Hôtel de Ville, 2000 Anvers".

"Pour l'instant, il n'y a que 35.500 offres d'emploi pour 595.000 chômeurs, 1 job pour 17 demandeurs d'emploi. Mais qu'à cela ne tienne : le bourgmestre vous a promis à tous, un par un, un emploi. Seule condition, rédiger "un bon CV". Donc, allez-y, le destinataire paiera les frais de port".

Platement populistes

Les propos de Bart De Wever ont également provoqué la colère du sp.a. "Les déclarations de Bart De Wever sont humiliantes et offensantes pour les chômeurs" a déclaré Bart Van Malderen, le chef de groupe sp.a au parlement flamand. La ministre de l'Emploi Monica De Coninck (sp.a) a quant à elle qualifié les déclarations du président de la N-VA de "platement populistes".

Interrogé par le quotidien De Morgen, le politologue Nicolas Bouteca estime cependant que De Wever ne cause pas beaucoup de mal à son parti. "Offense-t-il des électeurs potentiels ? Je ne le pense pas. De toute manière, les chômeurs n'opteront pas rapidement pour la N-VA. En revanche, De Wever peut encore gagner des voix auprès des libéraux et des chrétiens-démocrates de droite. Et ces électeurs sont sensibles à ce genre de politique".

EE/CB

Peter Mertens, le président de la branche néerlandophone du PTB, le PVDA+, appelle tous les chômeurs à envoyer leur CV à Bart De Wever. "De Wever trouve qu'une grande partie des 500.000 chômeurs ne veulent pas travailler" explique Mertens. "J'appelle tous les jeunes, les ouvriers Ford, les réparateurs de bateaux, les fabricants de ketchup de Heinz, les vendeuses, les ouvriers Opel, les fabricants de radiateurs d'Henrad, les caissières, les fabricants de capsules Crown Cork, etc. à rédiger leur CV et à l'envoyer à Bart De Wever, Hôtel de Ville, 2000 Anvers". "Pour l'instant, il n'y a que 35.500 offres d'emploi pour 595.000 chômeurs, 1 job pour 17 demandeurs d'emploi. Mais qu'à cela ne tienne : le bourgmestre vous a promis à tous, un par un, un emploi. Seule condition, rédiger "un bon CV". Donc, allez-y, le destinataire paiera les frais de port". Platement populistes Les propos de Bart De Wever ont également provoqué la colère du sp.a. "Les déclarations de Bart De Wever sont humiliantes et offensantes pour les chômeurs" a déclaré Bart Van Malderen, le chef de groupe sp.a au parlement flamand. La ministre de l'Emploi Monica De Coninck (sp.a) a quant à elle qualifié les déclarations du président de la N-VA de "platement populistes". Interrogé par le quotidien De Morgen, le politologue Nicolas Bouteca estime cependant que De Wever ne cause pas beaucoup de mal à son parti. "Offense-t-il des électeurs potentiels ? Je ne le pense pas. De toute manière, les chômeurs n'opteront pas rapidement pour la N-VA. En revanche, De Wever peut encore gagner des voix auprès des libéraux et des chrétiens-démocrates de droite. Et ces électeurs sont sensibles à ce genre de politique". EE/CB