En 2000, 35.600 Wallons travaillaient en Flandre. Ils étaient 40.400 en 2010, et 50.600 à la fin de l'année 2012, d'après des données de l'Institut wallon de l'évaluation, de la prospective et de la statistique (Iweps). Le nombre de Flamands qui vont chaque jour en Wallonie pour leur emploi est quant à lui en légère baisse avec 24.700 travailleurs.

L'augmentation des déplacements des Wallons vers la Flandre pour travailler s'explique principalement en raison des offres d'emploi plus larges et diversifiées dans les entreprises flamandes, écrivent les quotidiens. Les sociétés du nord du pays ouvrent de plus en plus leurs portes aux travailleurs francophones, car elles ont souvent des difficultés à trouver suffisamment de candidats dans leur propre région.

Le ministre flamand de l'Emploi, Philippe Muyters (N-VA), souligne que cette augmentation du nombre de travailleurs wallons en Flandre est due au renforcement de la collaboration entre le VDAB et le Forem.

En 2000, 35.600 Wallons travaillaient en Flandre. Ils étaient 40.400 en 2010, et 50.600 à la fin de l'année 2012, d'après des données de l'Institut wallon de l'évaluation, de la prospective et de la statistique (Iweps). Le nombre de Flamands qui vont chaque jour en Wallonie pour leur emploi est quant à lui en légère baisse avec 24.700 travailleurs. L'augmentation des déplacements des Wallons vers la Flandre pour travailler s'explique principalement en raison des offres d'emploi plus larges et diversifiées dans les entreprises flamandes, écrivent les quotidiens. Les sociétés du nord du pays ouvrent de plus en plus leurs portes aux travailleurs francophones, car elles ont souvent des difficultés à trouver suffisamment de candidats dans leur propre région. Le ministre flamand de l'Emploi, Philippe Muyters (N-VA), souligne que cette augmentation du nombre de travailleurs wallons en Flandre est due au renforcement de la collaboration entre le VDAB et le Forem.