La Belgique devrait disposer de plus que les 750 MW attendus, selon la ministre. Le dispositif qui se met en place repose notamment sur l'utilisation de la centrale de Vilvorde qui, dans l'état actuel de son permis, ne pourra toutefois fonctionner plus de 500 heures par an. La capacité est suffisante pour le moment mais la Région flamande a été interpellée pour trouver un moyen de l'augmenter. Des générateurs seront également installés sur les sites de production classique. Là aussi, les contacts sont pris avec les Régions pour lever les entraves au fonctionnement de ces unités. Engie pourrait par ailleurs optimiser la puissance de son parc.

Les discussions sont également en cours avec les pays voisins: France, Pays-Bas, Luxembourg et Allemagne ainsi qu'avec le comité de coordination électrique européen. Mardi, Mme Marghem (MR) a rencontré le ministre allemand de l'Economie, Peter Altmaier, pour régler le problème des "loops" qui menacent de diminuer les possibilités d'interconnexion au moment des pics de consommation entre 17 et 20h. Elle a reçu les garanties qu'elle attendait, a-t-elle indiqué. "Toutes ces mesures font que nous sommes garantis jusqu'en décembre inclus. Nous avons encore, à court terme, à garantir janvier et février", a expliqué la ministre.

Les députés Lalieux et Nollet ont réclamé la relance de la campagne ON/OFF de l'année 2014 alors que la Belgique était déjà confrontée à un risque de pénurie. Mme Marghem n'y est pas opposée mais la compétence relève du ministre de l'Economie, Kris Peeters (CD&V), qui juge l'initiative prématurée. Si une telle campagne devait être relancée, la ministre MR penche en faveur d'un message général sur la nécessité d'économiser l'énergie, quelle que soit la période de l'année, et non seulement si la pénurie menace.

La Belgique devrait disposer de plus que les 750 MW attendus, selon la ministre. Le dispositif qui se met en place repose notamment sur l'utilisation de la centrale de Vilvorde qui, dans l'état actuel de son permis, ne pourra toutefois fonctionner plus de 500 heures par an. La capacité est suffisante pour le moment mais la Région flamande a été interpellée pour trouver un moyen de l'augmenter. Des générateurs seront également installés sur les sites de production classique. Là aussi, les contacts sont pris avec les Régions pour lever les entraves au fonctionnement de ces unités. Engie pourrait par ailleurs optimiser la puissance de son parc. Les discussions sont également en cours avec les pays voisins: France, Pays-Bas, Luxembourg et Allemagne ainsi qu'avec le comité de coordination électrique européen. Mardi, Mme Marghem (MR) a rencontré le ministre allemand de l'Economie, Peter Altmaier, pour régler le problème des "loops" qui menacent de diminuer les possibilités d'interconnexion au moment des pics de consommation entre 17 et 20h. Elle a reçu les garanties qu'elle attendait, a-t-elle indiqué. "Toutes ces mesures font que nous sommes garantis jusqu'en décembre inclus. Nous avons encore, à court terme, à garantir janvier et février", a expliqué la ministre. Les députés Lalieux et Nollet ont réclamé la relance de la campagne ON/OFF de l'année 2014 alors que la Belgique était déjà confrontée à un risque de pénurie. Mme Marghem n'y est pas opposée mais la compétence relève du ministre de l'Economie, Kris Peeters (CD&V), qui juge l'initiative prématurée. Si une telle campagne devait être relancée, la ministre MR penche en faveur d'un message général sur la nécessité d'économiser l'énergie, quelle que soit la période de l'année, et non seulement si la pénurie menace.