La première enchère dans le cadre du Mécanisme de rémunération de capacité (CRM), censé garantir la sécurité d'approvisionnement dans le cadre de la sortie du nucléaire, avait retenu ce projet de 796,25 MW, ainsi que celui des Awirs, en province de Liège (805,35 MW).

Une centrale au gaz à Wondelgem (Gand) est par contre autorisée à s'agrandir sous certaines conditions, a décidé la ministre.

Une "grosse surprise" pour Engie

Le refus de la ministre flamande de l'Environnement Zuhal Demir (N-VA) d'accorder un permis pour la construction d'une future centrale électrique au gaz à Vilvorde, dans le Brabant flamand, est une "grosse surprise", a réagi mardi soir Engie Electrabel, qui procédera à une analyse juridique lorsqu'elle aura reçu officiellement la décision de la ministre.

"Nous venons d'apprendre, par la presse, que la ministre Demir rejetait la demande de permis. C'est pour nous une grosse surprise, étant donné que l'avis de la commission" régionale de permis environnementaux, émis le mois passé, "était favorable", a commenté Hellen Smeets, porte-parole du fournisseur d'énergie.

Engie Electrabel dit vouloir d'abord se pencher sur ce refus de Mme Demir avant d'envisager un éventuel recours.

Le recours contre les permis accordés à la centrale au gaz des Awirs est lui rejeté

Le gouvernement wallon a décidé de rejeter les recours introduits contre les permis octroyés aux projets de nouvelles centrales au gaz des Awirs (Flémalle, province de Liège) et d'Amercoeur (Roux, Hainaut), annonce mardi soir le cabinet de la ministre régionale de l'Environnement Céline Tellier (Ecolo). Ces rejets ont également été notifiés par le ministre de l'Aménagement du territoire Willy Borsus (MR). L'exécutif régional a jugé que les requérants n'étaient pas parties prenantes dans les dossiers et ne pouvaient dès lors pas contester les permis précédemment octroyés.

Les refus ont été signés mardi et seront notifié et affichés dans les communes concernées (Flémalle et Charleroi) dans les jours qui viennent. À partir de cette date, un délai de 60 jours s'ouvrira pour introduire un éventuel recours au Conseil d'État.

La première enchère fédérale dans le cadre du Mécanisme de rémunération de capacité (CRM), censé garantir la sécurité d'approvisionnement électrique dans le cadre de la sortie du nucléaire, avait retenu le projet des Awirs, ainsi que celui de Vilvorde. La Région flamande a décidé mardi soir de rejeter le premier pour la centrale brabançonne.

Bien qu'ayant obtenu un permis, Electrabel n'avait finalement pas déposé de candidature pour le projet carolo d'Amercoeur.

La première enchère dans le cadre du Mécanisme de rémunération de capacité (CRM), censé garantir la sécurité d'approvisionnement dans le cadre de la sortie du nucléaire, avait retenu ce projet de 796,25 MW, ainsi que celui des Awirs, en province de Liège (805,35 MW). Une centrale au gaz à Wondelgem (Gand) est par contre autorisée à s'agrandir sous certaines conditions, a décidé la ministre. Le refus de la ministre flamande de l'Environnement Zuhal Demir (N-VA) d'accorder un permis pour la construction d'une future centrale électrique au gaz à Vilvorde, dans le Brabant flamand, est une "grosse surprise", a réagi mardi soir Engie Electrabel, qui procédera à une analyse juridique lorsqu'elle aura reçu officiellement la décision de la ministre."Nous venons d'apprendre, par la presse, que la ministre Demir rejetait la demande de permis. C'est pour nous une grosse surprise, étant donné que l'avis de la commission" régionale de permis environnementaux, émis le mois passé, "était favorable", a commenté Hellen Smeets, porte-parole du fournisseur d'énergie. Engie Electrabel dit vouloir d'abord se pencher sur ce refus de Mme Demir avant d'envisager un éventuel recours.Le gouvernement wallon a décidé de rejeter les recours introduits contre les permis octroyés aux projets de nouvelles centrales au gaz des Awirs (Flémalle, province de Liège) et d'Amercoeur (Roux, Hainaut), annonce mardi soir le cabinet de la ministre régionale de l'Environnement Céline Tellier (Ecolo). Ces rejets ont également été notifiés par le ministre de l'Aménagement du territoire Willy Borsus (MR). L'exécutif régional a jugé que les requérants n'étaient pas parties prenantes dans les dossiers et ne pouvaient dès lors pas contester les permis précédemment octroyés.Les refus ont été signés mardi et seront notifié et affichés dans les communes concernées (Flémalle et Charleroi) dans les jours qui viennent. À partir de cette date, un délai de 60 jours s'ouvrira pour introduire un éventuel recours au Conseil d'État. La première enchère fédérale dans le cadre du Mécanisme de rémunération de capacité (CRM), censé garantir la sécurité d'approvisionnement électrique dans le cadre de la sortie du nucléaire, avait retenu le projet des Awirs, ainsi que celui de Vilvorde. La Région flamande a décidé mardi soir de rejeter le premier pour la centrale brabançonne. Bien qu'ayant obtenu un permis, Electrabel n'avait finalement pas déposé de candidature pour le projet carolo d'Amercoeur.